Adapter le test Bechdel-Wallace au cirque – Quelle représentation des femmes dans les œuvres circassiennes ? 

 

Compte-rendu des ateliers de recherche aux festivals CIRCa 2021 & Avignon 2022 du groupe de recherche Cirque & Genre du Collectif de Chercheur·es sur le Cirque

 

  • Des ateliers autour d’un outil pour évaluer la représentation des femmes dans les oeuvres circassiennes

Chaque atelier de réflexion vise à élaborer un outil qui permette de formuler des questions à l’égard de spectacles de cirque en s’inspirant du test de Bechdel-Wallace ainsi que d’autres tests alternatifs ou conçus pour pallier ses limites. L’adaptation de ce test au cirque peut en effet constituer un point de départ à une réflexion d’ensemble sur la nécessité de développer des outils pouvant rendre compte de diverses dimensions du genre (inégalités, discriminations, hétéronormativité, rôles sociaux déséquilibrés, sexualisation, binarité…) dans le monde du cirque et éveiller un regard face aux discriminations de genre sur les scènes circassiennes.

  • Qu’est-ce que le test Bechdel-Wallace ?

Le test Bechdel-Wallace est tiré de la série de bande dessinée Lesbiennes à suivre (Dykes to Watch Out For en anglais) d’Alison Bechdel. Elle a été publiée dans des magazines gays et lesbiens (comme le magazine New-yorkais Womannews) à partir de 1983, et constitue désormais une série de onze collections assemblées en 2008 dans un seul et même livre, The Essential Dykes to Watch Out For, dans le but de l’ouvrir au grand public.

L’une des bandes dessinées de cette série, “La règle” (“The rule” en anglais), dépeint une conversation entre l’autrice et une amie, Liz Wallace. Cette dernière lui décrit comment et selon quels critères elle choisit les films qu’elle souhaite aller voir au cinéma. C’est de cette conversation retranscrite qu’est extrait le test de Bechdel, qui a donc gardé le nom de l’autrice. Il est également appelé le test de Bechdel-Wallace en référence à Liz Wallace qui en est la créatrice.

Il est aujourd’hui utilisé pour visibiliser la sous-représentation des femmes dans les œuvres cinématographiques et rendre compte des stéréotypes dévalorisants sur lesquels les scénaristes s’appuient pour construire les personnages féminins. Il se fait donc d’une certaine façon caisse de résonance de ces écritures en offrant un biais depuis lequel prendre conscience de l’absence ou de l’aspect restrictif des rôles féminins au cinéma.

Ce test propose d’évaluer la présence féminine dans un film grâce à trois questions simples :

  1. Y a-t-il au moins deux personnages féminins nommés ?
  2. Ces deux femmes parlent-elles ensemble ?
  3. Leur conversation est-elle sans rapport avec un homme ?

Ce test a été utilisé par de nombreuses organisations militantes et académiques afin d’évaluer de façon qualitative et quantitative la présence et le traitement réservés aux femmes dans les œuvres cinématographiques.

Vous pouvez trouver ci-dessous quelques chiffres qui donnent à voir les résultats de l’administration du test Bechdel ces dernières années :

    • En 2015, 38,50% des films nominés aux Oscars ne passent pas le test.
    • Selon le collectif 50/50, en 2019, en France, 52% des films les mieux financés ne passent pas le test de Bechdel.
    • Selon le site journalistique américain Screenrant sur le divertissement et la culture, en 2020, aux Oscars, sur les 10 films les mieux notés 4 ne passent pas le test Bechdel.
    • Selon le site Polygraph, spécialisé dans l’analyse des narrations visuelles, sur 4000 films visionnés, 40 % d’entre eux ne passent pas le test.
    • Sur les 67 épisodes de Game of Thrones, seuls 18 passent le test.
  • Adapter ce test au cirque : quels enjeux ?

Le test de Bechdel a le mérite de se présenter comme un outil simple et percutant pour mettre en valeur le sexisme de façon concrète dans les réalisations cinématographiques. Par ces quelques questions simples à adresser lors des visionnages d’œuvres, l’idée est de rendre visible la sous-représentation des femmes. En adaptant ce test au cirque, nous cherchons à construire un outil qui favorise la prise de conscience, et sur lequel les personnes puissent s’appuyer lors de réflexions et de discussions collectives. Plus largement, la rencontre entre chercheur·e·s et professionnel·le·s du cirque vise à impulser une réflexion commune avec deux principaux objectifs : d’une part, diagnostiquer les possibilités de convergence pour renseigner ces questions ; de l’autre produire et enrichir ensemble des leviers d’actions.

Le choix d’adapter au cirque un tel test constitué d’une série de questions s’inscrit également dans une démarche similaire à d’autres questionnaires (Pavis, Helbo, Ubersfeld) qui fondent les méthodes d’analyse de spectacles dans les cursus universitaires en arts de la scène en France. L’attention portée au genre et aux sexualités du test de Bechdel-Wallace permettrait en effet d’actualiser ces outils méthodologiques et d’étudier avec une plus grande finesse les représentations mises en scène dans les créations circassiennes. L’élaboration d’un test spécifique au cirque par des chercheur·euse·s, issu·e·s à la fois des sciences humaines et sociales et des études en arts de la scène, en collaboration avec des artistes, pédagogues et professionnel·le·s du cirque, en fait également un outil déclinable dans les lieux de formations et de sensibilisation, comme certains membres du groupe “Cirque et Genre” ont pu faire l’expérience avec leurs étudiant.e.s.

  • Le déroulement des ateliers au festival CIRCa 2021 et Avignon 2022

Le groupe “Cirque et genre” a organisé deux ateliers d’une matinée : au festival CIRCa à Auch en 2021 et au festival d’Avignon en 2022. Artistes, pédagogues et professionnel·les du cirque y étaient conviés.

L’atelier était organisé pour favoriser le travail en petits groupes. Ces derniers étaient constitués dès le début de l’atelier en respectant un partage de rôles et de règles de prise de parole. Après un temps de présentation du groupe de recherche, les personnes présentes étaient invitées à se présenter entre elles et à échanger en répondant à la question suivante : “Que vous évoque la question du genre en cirque ?”. Dans un deuxième temps, à l’issue d’une présentation du test Bechdel-Wallace, les groupes étaient invités à créer leur propre test, puis à le faire connaître à l’ensemble des groupes. Nous prenions ensuite un temps d’échange avec l’ensemble des participant·e·s autour des tests créés, afin d’aborder leurs apports et leurs limites dans la perspective d’évaluation de la représentation des femmes dans le cirque.

  • Les tests Bechdel-Wallace créés : de multiples dimensions prises en compte
  • Les différents tests créés lors des ateliers à CIRCa 2021 et Avignon 2022

Nous avons rassemblé dans le tableau ci-dessous l’ensemble des tests Bechdel-Wallace adaptés au cirque réalisés à notre connaissance. Nous avons tenté d’en évaluer la pertinence au regard des qualités attribuées au test Bechdel-Wallace.

tableau

  • Les portées et les limites des tests créés à la lumière de celui du cinéma 

Le test Bechdel-Wallace est un outil d’évaluation de la représentation quantitative et qualitative des femmes très simple à appréhender. Il a pour avantage, tel qu’il est construit pour le cinéma, d’être :

  • Simple : il ne demande aucune connaissance théorique préalable.
  • Rapide : il n’y a pas besoin de regarder avec minutie l’œuvre.
  • Non réfutable : il est difficilement remis en cause car la réponse aux questions n’est pas interprétative.

Quant aux résultats, ils sont d’une appréhension immédiate et constituent une image très directe des inégalités de genre. Nous demandions aux participant·e·s de respecter au maximum ces qualités lors de la création de leur test.

Le groupe “Cirque et Genre” s’était au préalable soumis à l’exercice de la création du test. Plusieurs tests ont été créés puis des débats ont eu lieu pour en présenter un seul lors des ateliers (cf. Test 1 “Cirque et Genre”). La première question s’intéresse à la présence même des femmes : elle contribue à évaluer leur représentation quantitative dans les œuvres circassiennes. La deuxième question appréhende la médiation par un ou plusieurs hommes de leur présence sur scène en mettant en lumière l’indépendance mise en scène par rapport au personnage de genre masculin. La troisième question se concentre sur le rôle qu’elles sont amenées à porter lorsqu’elles sont mises en avant dans les œuvres circassiennes.

À partir de cet exercice, plusieurs limites ont été remarquées lors du travail au sein du groupe “Cirque et Genre” ainsi que pendant les ateliers. Celles-ci peuvent remettre en cause la capacité du test à être un outil pertinent pour révéler les ressorts discriminants de la création en cirque : certaines sont liées aux tests créés, d’autres inhérentes au test de Bechdel.

  • Quelle pertinence liée à l’utilisation ?

Nous avons pu voir que le test de Bechdel-Wallace présente un intérêt considérable pour sa simplicité, sa rapidité, et l’irréfutabilité lors de son administration. La rapidité est remise en cause dans certains tests car ils posent une multitude de questions qui compliqueraient son utilisation par un·e spectateur·rice. En effet, il s’agit de porter son attention sur différents éléments à la fois lors du visionnage d’un spectacle : la nudité, le calcul du temps de présence, le rire… Certains tests posent aussi des problèmes d’irréfutabilité car plusieurs concepts mobilisés dans les questions peuvent être débattus tels que : stéréotypes, attributs féminins, focus sur scène… D’autre part, la mobilisation de ces concepts demande une certaine connaissance préalable qui remet en cause la simplicité de l’administration du test. Les tests 6 et 8 sont des exemples de tests qui ne posent pas de problème de réfutabilité ; la réponse aux questions ne peut être remise en cause. Il existe un autre test qui répond à de telles exigences de simplicité qui a été créé pour le cinéma et adaptable au cirque : le sexy lamp test. Il ne pose qu’une unique question : est-ce qu’un personnage féminin du film peut être remplacé par une lampe sexy ?

  • Quelle prise en compte des autres discriminations ?

La plupart des tests créés, comme le test Bechdel-Wallace à l’origine, laissent de côté et des fois même renforcent d’autres discriminations au profit de la mise en lumière des rapports sexistes.

Les tests se fondent sur une vision binaire du genre. Il est en cela non inclusif, puisqu’il ne tient compte que de deux catégories de genre. L’absence de la prise en compte des transidentités ou d’une diversité d’identités de genre au profit d’une binarité homme/femme valide ainsi l’existence de la binarité comme une donnée sociale probante.

Les tests n’apparaissent également pas comme transversaux car ils ne tiennent pas compte des différents types de discriminations vécues. Les tests traitent la question du sexisme de façon prioritaire par rapport à la question du racisme ou des autres discriminations visibles (grossophobie, validisme ou capacitisme, âgisme) ou non visibles (parfois transidentité, diversité de genres et de sexualités, psychophobie). Un seul test proposé par les participant.e.s, le test 8, cherche à dépasser cette limite en utilisant le concept de “personne marginalisée”. Plus largement, il existe des tests qui cherchent à mettre en lumière les discriminations liées à la racialisation comme celui d’Alaya Dawn Johnson créé en 2009 qui porte sur les personnes racialisées.

D’autre part, la plupart des tests créés pose uniquement la question des discriminations sexistes sur le plateau. Les tests n’incluent pas tous·tes les acteur·rice·s de l’industrie circassienne, notamment celleux qui ne sont pas présent·e·s sur scène (mise en scène, piste, régie, technique, administration, production, communication, etc.). Les œuvres sont donc considérées par ces tests comme des objets finis plutôt que comme des processus où différentes activités se poursuivent (conditions de travail, etc) et peuvent être le contexte de discriminations. Les tests 3 et 4 cherchent à répondre à cette limite en incluant les personnes à la production dans la comptabilisation de la présence et la répartition de la renommée artistique.

  • Quelle finesse d’analyse ?

Le test de Bechdel-Wallace s’avère intéressant lorsqu’il est administré à un grand nombre d’œuvres afin d’obtenir une représentation numérique symbolique. Bien qu’étant immédiatement manifestes, les chiffres nécessitent une interprétation pour donner accès à une vision qualitative, et pouvoir ainsi émettre des conclusions. En revanche, les résultats d’un test à eux seuls ne permettent pas de faire une analyse des ressorts du sexisme dans le cirque.

En effet, les tests proposés ne peuvent traiter en trois questions l’ensemble des questions esthétiques aux côtés d’enjeux que pose une perspective genrée tels que les rôles genrés, les stéréotypes, la sexualisation, l’exotisation, l’infantilisation, le genrage des disciplines artistiques et des costumes, etc.  Il en est de même concernant la manière dont ils sont traités dramaturgiquement. Par exemple, un spectacle qui mettrait en scène des femmes de manière sexy mais qui détournerait cet attribut féminin pourrait ne pas passer le Test 1 “Cirque et genre”. Ces limites de finesse dans l’analyse peuvent mener à des incohérences, amenant des films considérés comme éminemment féministes à ne pas passer le test Bechdel-Wallace.

C’est ainsi que des fans du film Pacific Rim, qui ne passait pas le test Bechdel-Wallace mais qui était considéré comme féministe, ont créé un autre test le “Mako Mori test”, éponyme de l’héroïne du film. Ce test prend en compte certains films où une seule femme joue et peut ne pas présenter de ressorts sexistes.

  • Quelle crédibilité scientifique ? 

Alison Bechdel, dans un interview donné au magazine New-Yorkais Vulture, avoue ne pas avoir prédit l’usage de ce test. Elle ne l’a pas conçu comme un outil conclusif ou solide pour analyser le sexisme dans les œuvres culturelles mais plutôt comme un vecteur de discussion et de prise de conscience. Marie-Héléne Brunet, dans son article “Test de Bechdel et agentivité des femmes dans l’histoire” revient sur la pertinence de l’outil du test Bechdel en classe d’histoire. Elle montre que celui-ci a d’abord un intérêt pour les discussions qu’ils suscitent en se basant sur les forums liés au Test Bechdel et qu’il est important “d’aborder de manière critique son utilisation”. Des chercheuses critiquent en effet l’usage du test à des fins scientifiques en pointant du doigt ses nombreuses limites épistémologiques pour donner à voir les rapports sociaux de genre, notamment le fait que celui-ci ne se base que sur la voix.

La construction du test lors de l’atelier a en effet été un outil de réflexion pour penser les enjeux autour de la représentation des rapports sociaux de genre. Les questions choisies par les participant.e.s révèlent leurs visions des biais sexistes dans les œuvres circassiennes et les soumettent à la discussion collective.

 

III. Des ateliers de recherche qui dessinent les contours des ressorts sexistes dans les œuvres circassiennes

L’atelier a permis de faire un travail de sensibilisation et d’ouvrir un espace d’échanges et de paroles autour des enjeux de représentation des femmes sur les scènes circassiennes. Créer un test de Bechdel-Wallace demande aux participant·e.s de mobiliser leurs connaissances des ressorts sexistes ainsi que de faire appel à leur expérience personnelle en tant que spectateur·rice, interprète, metteur·se en scène, programmateur·rice. Divers biais sont identifiables dans les tests créés par les participant·es et amènent à se questionner sur différents aspects des spectacles :

  • La présence : combien de femmes sont présentes ? selon  quelle proportion ? combien de temps sur scène ?
  • Le rapport au corps : quels corps sont plutôt passifs ? quels corps sont dénudés ?
  • Éléments scéniques : à quel moment le son par exemple est-il plus important ? qui parmi les personnes sur scène est la plus mise en lumière ?
  • Agrès et technique : quels sont les agrès les plus mis en avant ? les plus risqués ? les plus applaudis ?
  • Dramaturgie : qui fait l’entrée, la sortie du spectacle ? comment sont distribués les focus et de quelle nature sont-ils (humoristique, de prise de risque, de prouesse technique,…) ?
  • Rôle : comment les rôles féminins influencent-ils le scénario ? quels sont les stéréotypes de genre véhiculés par les personnages ?
  • Reconnaissance : quelles sont les personnes les plus reconnues pour leur travail ? qui est cité comme auteur·trice ?

Le test Bechdel-Wallace ne permet pas d’aborder d’emblée dans l’analyse ses biais sexistes, cependant la mise en création et en discussion de celui-ci a permis de les révéler.

Grâce à l’organisation des ateliers “Adapter le test Bechdel-Wallace au cirque”, différent·e·s acteur·rice·s du secteur de la création en cirque ont pu se rencontrer autour des ressorts sexistes de la représentation des femmes dans les œuvres circassiennes. Certain·e·s participant.e.s ont pu d’abord prendre connaissance de l’existence du groupe de recherche ainsi que du test Bechdel-Wallace. La difficulté de la création d’un outil statistique solide et fiable a aussi pu être discutée. Les ateliers organisés ont permis de recenser partiellement les différents aspects sur lesquels viennent se cristalliser les représentations discriminantes pour les femmes dans les œuvres circassiennes. Le groupe de recherche continue à diffuser ces ateliers et à penser la création d’un outil statistique pour la représentation des femmes dans le cirque.

 

Pour aller plus loin 

BECHDEL Alison, The essential, Dykes to Watch Out For, Boston, Houghton Mifflin Harcourt, 2008.

BREY Iris, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Paris, Ed. de l’Olivier, 2020.

BREY Iris, MALLE Mirion, Sous nos yeux. Petit manifeste pour une révolution du regard, Montreuil, La Ville brûle, 2021.

BRUNET, Marie-Hélène. “Test de Bechdel et agentivité des femmes dans l’histoire : analyse des discussions sur un forum en ligne.” Revue de recherches en littératie médiatique multimodale, volume 12, novembre 2020, consulté le 24 octobre 2022, URL : https://www.erudit.org/en/journals/rechercheslmm/2020-v12-rechercheslmm05680/1073685ar/.

O’MEARA, J. Donald, “What “The Bechdel Test” doesn’t tell us: examining women’s verbal and vocal (dis)empowerment in cinema.”, Feminist Media Studies 16 (2016): 1120 – 1123.

PAVIS Patrice, L’Analyse de spectacle, Paris, Nathan, 1996.

VAN ENIS Nicole, “Le test de Bechdel, un outil pour déjouer le sexisme au cinéma”, Liège, édition Barricades, 2018, consulté le 24 octobre 2022, URL : http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2018_le-test-de-bechdel_un-outil-pour_-dejouer-le-sexisme-au-cinema.pdf.

WIGGINGTON Latonya, RUST Charice, “Does the Bechdel test have a place in circus ?”, CircusTalk, 24 janvier 2018, consulté le 24 octobre 2022, URL : https://circustalk.com/news/does-the-bechdel-test-have-a-place-in-circus.

Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture. Acte II : après 10 ans de constats, le temps de l’action, rapport du HCE, 2018, consulté le 24 octobre 2022, URL : https://haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_rapport_inegalites_dans_les_arts_et_la_culture_20180216_vlight.pdf.

SITOGRAPHIE

Bechdel test Movie List, consulté le 24 octobre 2022, URL : http://bechdeltest.com/.

Collectif 50/50, consulté le 24 octobre 2022, URL : http://collectif5050.com/files/etudes/2021/02/5050-AnalyseBechdel-201123.pdf

The Bechdel test for women in movie – Feminist frequency, consulté le 24 octobre 2022, URL :  https://feministfrequency.com/video/the-bechdel-test-for-women-in-movies/

 



Citer ce billet
Magali Sizorn (2023, 25 février). Adapter le test Bechdel-Wallace au cirque – Quelle représentation des femmes dans les œuvres circassiennes ? . Le carnet du CCCirque. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mb6i

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search