Mesurer, tourner autour de l’habitat mobile : statistique et jonglerie, Arnaud Le Marchand

Intervention d’Arnaud Le Marchand

Ce petit retour sur des questions quantitatives vise à relier et à distinguer, habitat mobile et mobilités spatiales ou sociales des personnes. Cette question de l’habitat mobile est au croisement de déterminants issus de la contre culture et de changements économiques. Ce qui explique qu’il y ait une centralité historique du cirque dans ce mouvement de l’habitat mobile. Centralité relative au sens où l’habitat mobile est un mode de logement partagé par des groupes différents, dont les arts du cirque ne sont qu’un des pôles, avec les modèles issus du surf, de l’histoire longue du travail itinérant et des cultures tziganes en Europe. Faire le diagramme de l’habitat mobile est une façon de représenter les conséquences dans le domaine du logement de changements intervenus dans la sphère de la production et des services (sous-traitance, intermittence spatiale), dans celles des visions de la ville (utopies anti-urbaines), dans les migrations, (ainsi la jungle de Calais qui relève de l’habitat mobile au sens le plus large) et inclut  les campements, comme ensemble d’habitats démontables (de fortune ou modulaire).Mais de voir aussi comment le logement et au delà l’habiter peuvent avoir été influencé par des changements dans le monde de la  culture, et notamment le développement des arts du cirque et de la rue.  Ce phénomène a bien sûr des racines anciennes. Les recherches menées en Italie par  Laura Secchi et en Allemagne par Sonja Keil, sur les groupes Sinti ou yéniches itinérants ont montré l’importance du cirque dans les années 50, 60, 70 du XXième siècle, dans la vie économique et culturelle de ces groupes. Dans ces décennies, les circassiens sinti, manouches , yeniches ou juifs sont majoritaires en Allemagne. Ils deviendront forains par la suite, ou exploitants de parcs d’attractions, mais ils ont préservé des pratiques de l’ Habitat Mobile durant cette grande période d’installation/sédentarisation plus ou moins forcée.

La référence au cirque peut s’observer, parmi d’autres modèles issus de la contre-culture, dès que l’habitat mobile ou provisoire est en jeu, même de façon indirecte. Ainsi cette photographie de Benoît Sanchez Matteo, de la ZAD ( Zone à défendre) de l’ Amassada, dans laquelle une esthétique circassienne est visible, a servi d’illustration aussi bien dans des articles de presse contestataire comme Lundimatin en février 2019, et un article scientifique sur les oppositions à l’éolien industriel publié en 20201. La Zad a en effet accueilli un rassemblement de néo-travellers et l’habitat léger y est une forme d’occupation protestataire de l’espace.

L’Amassada comme cirque vu par Benoit Sanchez Mateo

Ces liens avec les arts de la rue et du cirque, ou la contestation écologiste, ne doivent pas faire oublier l’utilisation de l’habitat mobile dans l’industrie. Une visite sur un chantier va servir d’exemple.  Il s’agit d’un chantier de construction d’un silo portuaire, pour le sucre. Depuis octobre 2017, la filière sucre n’est plus soumise au régime des quotas, d’où une reprise des investissements dans certaines infrastructures. Plusieurs caravanes sont garées, sur le chantier, littéralement au pied du silo. Les travailleurs qui logent dans ces équipements, privés, sont des électriciens, qui installent un système de manutention et d’évacuation des poussières, à l’intérieur de la tour. Première information : ils sont tous en CDI. Le logement en caravane ne concerne pas seulement les salariés précaires.  Ils expliquent aussi la nécessité de se déplacer, par le besoin de trouver de nouveaux marchés, au-delà du bassin d’implantation de leur entreprise : à savoir la Moselle et ses silos fluviaux. Les mauvaises moissons des années précédentes ont retardé les investissements dans les équipements de stockage des grains, ils sont donc reconvertis sur le sucre, et vont de port en port. Ils circulaient auparavant seulement dans le quart Nord-est, Ils doivent aller à Dunkerque, à la fin de ce chantier. Mais le salarié le plus âgé explique qu’à ses débuts, il était logé à l’hôtel. Seulement les primes de déplacement n’ont pas évolué, alors que le prix des chambres d’hôtels dite « super économiques » a monté.  Ce prix, fixé par un algorithme, semble avoir été, dès la création de cette chaîne par le groupe ACCOR indexé sur le montant de l’indemnité légale de déplacement2.

Sur les chantiers industriels , comme dans le milieu des arts du cirque, l’habitat mobile requiert des « compétences incorporées », c’est-à-dire une forme physique, et une habitude des petits espaces contraints, qui rendent par exemple difficile ce mode de vie pour les personnes en surpoids.

Campement sur un chantier de silos, Arnaud Le Marchand

Évaluation avec données manquantes

L’hypothèse que nous suivons est celle d’une augmentation lente mais continue de l’habitat mobile en France et en Europe depuis les années 1980. Ce qui est en partie synchrone avec le développement des arts du cirque, mais s’explique aussi par les nouvelles mobilités du travail et des formes de précarité du logement. D’une certaine façon, les cordistes pourraient représenter un groupe en partie à cheval sur ces deux mondes. Mais on se heurte à une difficulté de mesure, qui tient autant à la plasticité et à la furtivité du phénomène qu’à l’appareil statistique. On est donc conduit à faire feu de tout bois, on doit utiliser des proxys , c’est-à-dire des données ayant des liens indirects avec l’habitat mobile et à la limite, dans cette quête de données manquantes, toute trace fait document, comme sur les terrains très éloignés dans le temps. Ce qui peut amener à une manière périlleuse de jongler avec les chiffres.

Quelques résultats

L’habitat léger et en camion se développe en période de croissance de l’intérim, par les opportunités que ce mode de logement permet, et comme palliatif aux difficultés de logement des jeunes précaires dans les périodes de récession . Ce qui signifie une relative autonomie de la progression de ce mode d’habitat, par rapport à la conjoncture économique.

Ainsi, la croissance de l’activité des laveries indique celle de l’habitat temporaire, mobile, de passage, précaire et de la crise plus générale du logement (même les acteurs sceptiques reconnaissent le lien avec l’exiguïté des domiciles dans les grandes villes). Compte-tenu des sorties du marché de la laverie par les personnes en habitats mobiles, qui se sont équipées en lave-linge, la croissance du nombre total de ces habitants devrait être supérieure à celle de l’activité des laveries. Celle-ci s’est élevée à 65 % en vingt ans. Ce résultat est compatible avec des évaluations plus locales. Ainsi, de 1990 à 2010, le nombre de saisonniers itinérants dans les stations de ski a doublé. La même évolution s’observe en Belgique, elle accompagne une augmentation des “passagers” et notamment des travailleurs détachés3.

Seul le nombre de compagnies et d’artistes de cirque a pu progresser plus vite : il aurait quintuplé depuis 1990, celui des Arts de la rue a plus que doublé. Ces artistes sont potentiellement concernés par l’habitat mobile de façon saisonnière, parfois permanente. Quoique selon Magali Sizorn, le recours à l’habitat mobile permanent est moins marqué dans ce milieu que  dans les années 1980, et se combine avec de l’habitat de passage, et le recours à l’hôtellerie.

L’évolution  des sans-abris selon la Fondation Abbé Pierre va dans le même sens. Mais pour autant le niveau ne fait pas l’objet d’un chiffrage fiable.

On peut sur ces bases faire l’hypothèse, encore à vérifier,  d’un doublement global  en vingt ans (de 1995 à 2015). L’idée générale est que la progression de l’habitat mobile est un phénomène fractal, isomorphe à plusieurs niveaux d’analyses, parce que résultant de déterminants complexes, mais communs à ces différentes manifestations (que l’on pourrait résumer par la dislocation post-fordiste et post-Etat Nations).

La fondation Abbé Pierre estime à 85000 le nombre de personnes en habitat de fortune, qui inclut l’habitat mobile, population qu’elle distingue des GDV.  Par comparaison, le groupe Facebook,  Camtars aménagés, sur lequel se croisent, des saisonniers, des intermittents du spectacle, des intérimaires vivant en camion et des utilisateurs occasionnels, pour des fins professionnelles ou récréatives,  regroupe plus de 59000 membres (en novembre 2017). La production de ce chiffre est intéressante au sens où, selon les administrateurs de ce groupe Facebook, sa croissance rapide est le fruit des algorithmes qui le proposent à des personnes utilisant ce réseau social. Si cette population est difficilement recensable, elle est peut-être calculable. Je mène des enquêtes lors des   rassemblements de véhicules aménagés , et lors de festivals, pour estimer le rapport entre le nombre de demandes de domiciliation administrative par rapport à l’hébergement chez un tiers.

Bibliographie

  • Dunlap A. 2020, « Bureaucratic land grabbing for infrastructural colonization: renewable energy, L’Amassada, and resistance in southern France », Human Geography 00(0) 1–18.

  • Keil S. Am, 2018, Rand der Gesellschaft. Sozial Extra 42, 60–64.

  • Le Marchand A, 2016, Évaluer la progression des habitats mobiles par les laveries automatiques de linge en France in « Mobil hom(m)mes. Formes d’habitats et mode d’habiter la mobilité ( XVI-XXI siècles » dir E .Canepari, B.Mesini, S.Mourlane. L’Aube.

  • Mangin David, 2010, La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine. Editions de la Villette.2010.

  • Secchi L2018, “The Seasonal Mobility of Sinti Fairground Workers in the Modena Province”, in Pontrandolfo Stefania (a cura di), “Gypsies”, “Nomads”, “Roma”. Categorisation processes of Roma and Sinti in Italy, numero speciale di Nomadic Peoples, volume 22, n. 1, pp. 162-176 
  1. Dunlap A. 2020, « Bureaucratic land grabbing for infrastructural colonization: renewable energy, L’Amassada, and resistance in southern France », Human Geography 00(0) 1–18. []
  2. Mangin David, 2010, La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine. Editions de la Villette.2010. []
  3. Le Marchand A, 2016, Évaluer la progression des habitats mobiles par les laveries automatiques de linge en France in « Mobil hom(m)mes. Formes d’habitats et mode d’habiter la mobilité ( XVI-XXI siècles » dir E .Canepari, B.Mesini, S.Mourlane. L’Aube []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
CCCirque (5 mai 2021). Mesurer, tourner autour de l’habitat mobile : statistique et jonglerie, Arnaud Le Marchand. Le carnet du CCCirque. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mb5q


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search