Programme de la journée d’études Jeunes chercheur.e.s

Journée d'études jeunes chercheur-euse-s Organisé par le CCCirque, la chaire ICiMa avec le soutien des laboratoires PSMS, CEREP, CETAPS et de la MSH (URCA)jeudi 12 mars 2020 Centre national des arts du cirqueComité d'organisation : Marine Cordier (Université Paris Nanterre), Tony Froissart (Université de Reims), Florence Legendre (Université de Reims), Diane Moquet (Cnac/ICiMa), Emilie Salaméro (Université Toulouse III- Paul Sabatier), Magali Sizorn (Université de Rouen - Normandie ), Cyril Thomas (Cnac/ICiMa)
par le CCCirque
Jeudi 12 Mars-Matin
Matinée modérée par Marine Cordier
9H : Accueil
au Centre de ressources et de recherche
9H30 : Introduction et point sur la mobilisation dans la recherche
10H - 10H20 : Le renouveau du cirque au chili : pratiques et constructions axiologiques de circassiens engagés
par Aurore Dupuy - Université Paris Est Créteil
10H30 - 10H50 : Créer et faire vivre un espace de convivialité au Galway Community Circus, une recherche de praticienne de cirque
par Léana Valentini - Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis
Pause
11H10 - 11H30 : Le cirque alternatif à Montréal : espace de la pensée hors norme
par Mathilde Perahia
11H40 - 12H00 : Dans les entrailles d'un cirque de "caractère" : Archaos et son metteur en piste, Pierrot Bidon
par Délima Sogny - Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis
par le CCCirque
Jeudi 12 Mars Après-midi
Après-midi modérée par Tony Froissart
14H-14H20 : La catégorie anthropologique de l' "acrodanse" - Le cas du collectif "Femmes de Crobatie"
par Annaëlle Toussaere - Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis
14H30-14H50 : Enjeux historiographiques du jonglage - pour une histoire administrative, réglementaire et politique d'un champ artistique
par Cyrille Roussial - Université Lumière - Lyon 2
Pause
15H10-16H : La créativité du geste sportif comme mode d'entrée dans le cadre de la formation des enseignants d'éducation physique et sportive
par Anne Bertin-Renoux - Université Rennes 2
15H40-16H : La poésie dramaturgique peut-elle et doit-elle modéliser la performance physique ?
avec Orianne Dupas - Université de Metz
Conclusion
par Florence Legendre et Magali Sizorn
par le CCCirque
Résumé des communications
Aurore Dupuy : Le renouveau des arts du cirque au Chili : pratiques et constructions axiologiques des circassiens engagés.
Le renouveau du cirque au Chili nait au milieu des années 1990, peu après la fin de la
dictature militaire et le début d’une « transition démocratique » qui renforce le modèle
néolibéral installé par la junte, et qui reste à ce jour inachevée. Le pays se rouvre alors aux
circulations internationales et des comédiens revenus d’Europe décident, à l’inspiration du
«nouveau cirque » et de mouvements de rue, de se réunir autour des techniques de cirque
dans un parc de la capitale, pour « reconquérir » un espace public qui avait été hautement
contrôlé pendant la dictature. Parallèlement, le Cirque du Soleil implante en 1996 dans la
périphérie de Santiago son programme de cirque social Circo del Mundo, qui deviendra la
première école de cirque du pays. Les deux évènements confluent et essaiment à travers le
pays, une part de la jeunesse chilienne s’empare du cirque comme divertissement de rue
tandis que des compagnies professionnelles voient le jour et que les lieux d’enseignements
se multiplient. Le récit du renouveau circassien au Chili mêle donc dès ses origines
engagement social et artistique, développement local spécifique et ancrage dans un
mouvement de rénovation international des arts du cirque. A travers une enquête
ethnographique de plusieurs mois au Chili, cette recherche cherche à caractériser ce
phénomène dans son contexte d’émergence, à la fois localisé et en lien avec les
mouvements étrangers. Dans le cadre d’une sociologie compréhensive, je m’intéresse plus
particulièrement aux engagements des circassiens dans leur pratique, des engagements
dans lesquels s’articulent des représentations, des valeurs et des identifications avec des
contextes de références -objectifs et subjectifs- largement partagés au sein de la
communauté circassienne chilienne. A travers une analyse dispositionnelle des trajectoires
fondées sur des entretiens biographiques croisées avec des observations de spectacles et
de structures collectives, je cherche à saisir l’articulation entre les dimensions axiologiques
associées au cirque et les pratiques observées, tout en prenant en compte les contraintes
avec lesquelles les circassiens doivent composer. Ce travail s’ancre ainsi dans l’analyse de
processus individualisés, tout en dessinant des tendances partagées ou controversés au sein
de la communauté circassienne, interrogeant ainsi les débats qui agitent le monde
circassien et leur incarnation dans des formes de vies, de transmission, d’organisations
collectives ou de productions spectaculaires. Au long des trente ans étudiés, on analysera
ainsi comment les postures axiologiques des circassiens reposent sur la représentation et
l’évaluation de systèmes ou d’évènements sociaux, politiques et culturels, qui convergent
vers la culture d’une position de contestation des ordres dominants, argumentée ou
actualisée de manière nuancée selon les individus ou les groupes rencontrés.
par le CCCirque
Résumés de communications
Léana Valentini : Créer et faire vivre un espace de convivialité
J’ai découvert la recherche sur le cirque par l’intermédiaire de mes études à l’université Paris
8 Vincennes-Saint Denis. Je suis récemment diplômée du Master de recherche, Éducation
Tout au Long de la Vie (ETLV), rattaché au laboratoire Experice1 qui a pour vocation
d’explorer la diversité des espaces d’apprentissage hors cadre scolaire. Je continue à
collaborer avec des chercheur·e·s impliqué·e·s dans ces domaines de recherche. Dans le
cadre de ce Master, j’ai effectué un stage de sept mois dans une école de cirque social en
Irlande, le Galway Community Circus (GCC). J’ai travaillé dans cette école en tant
qu’assistante pédagogique et enseignante de cirque. J’ai poursuivi en parallèle un travail de
recherche qui a donné lieu à mon mémoire de Master 2. Cette recherche s’attache à
explorer l’espace social créé par les théories et pratiques d’apprentissage de GCC. Le
cirque social est une expression qui désigne une pratique du cirque qui se veut contribuer
au développement personnel et à l’insertion sociale de ses participant·e·s. Il est aussi
considéré par certain·e·s chercheur·e·s comme un phénomène culturel et artistique
travaillant à l’élaboration d’une société post-néolibérale2. C’est sous cet angle que j’ai
choisi de penser le cirque social en établissant un parallèle avec le concept de convivialité
d’Ivan Illich3. La convivialité est un concept idéal-typique qui explore les conditions d’une
société dépassant l’aliénation de l’homme par l’outil de production. Ce concept permet de
penser le cirque comme un outil de création collective d’un espace qui fait porter attention
à la qualité des rapports sociaux et aux subjectivités créés en son sein. J’ai étudié les
théories et pratiques d’apprentissage du cirque à GCC au delà du cadre pédagogique sur
lequel elle s’appuie en répondant à la question en quoi et comment la culture et la pratique
des arts du cirque à GCC participe à créer et faire vivre un espace convivial ? Les
références culturelles et symboliques et les pratiques pédagogiques de ce lieu, inhérentes
aux arts du cirque, participent à y créer un espace social particulier. Les jeunes
participant·e·s le décrivent comme un espace refuge où ils·elles peuvent s’exprimer
librement et dévoiler leurs vulnérabilités. Ils·elles expérimentent au sein de l’école un rapport
personnel à l’apprentissage et au savoir issu de l’erreur et de l’échange. Ils·elles y créent des
relations sociales fondées sur un principe d’amitié qui soutient leur indépendance. Cet
espace contribue à développer les trois valeurs centrales d’un espace convivial : survie,
équité et autonomie
par le CCCirque
Résumés des communications
Léana Valentini : Créer et faire vivre un espace de convivialité (suite)
Ces résultats s’appuient sur une expérience d’immersion au sein de la communauté de
l’école donnant lieu à des écrits de réflexions d’expériences vécues et de descriptions de
situations observées ainsi que de nombreux entretiens s’inspirant du travail de Reg Bolton4.
Cette recherche a été construite en s’appuyant sur l’épistémopolitique développée par
Pascal Nicolas-Le Strat5 qui pense une posture de recherche qui se soucie de
l’appropriation du savoir. Dans cette optique, ce travail de recherche a pour vocation à
trouver sa traduction au sein de l’école et va donc donner lieu à la création d’une bande
dessinée partageant ses résultats.
1 Centre de recherche interuniversitaire Expériences Ressources Culturelles Éducation ;
https://experice.univ-paris13.fr
2 The art of collectivity, Social circus and the cultural politics of a post-neoliberal vision,
dirigé par Jennifer Beth Spiegel et Benjamin Ortiz Choukroun, Mc Gill-Queen’s University
Press, 2019
3 La convivialité, Ivan Illich, Le seuil, 1971
4 Why Circus Works ; How the values and structures of circus make it a significant
developmental experience for young people, Reg Bolton, Thèse de doctorat en Philosophie,
Murdoch University, Perth, 2004
5 Quand la sociologie entre dans l’action, Pascal Nicolas-Le Strat, Éditions du commun,
2018
par le CCCirque
Résumés des communications
Mathilde Perahia : Le cirque alternatif à Montréal : espace de la pensée hors norme
Je poursuis ma quatrième année de doctorat encadré par Pr. Leroux à Concordia University.
J’étudie en quoi des performances d’un cirque peu connu à Montréal sont des
expériences qui bousculent la pensée normative. Depuis quelque temps Montréal se
présente comme la capitale mondiale des arts du cirque. Grâce au niveau de formation de
son école nationale de cirque, du succès immense du Cirque du Soleil, dont l’esthétique est
à la fois source d’inspiration et de résistance, et de plusieurs autres compagnies de grande
renommée, Montréal a développé un pôle cirque majeur en Amérique du Nord. Or, quelque
part dans ce fleuron créatif, en marge de ces rois du divertissement, il existe dans la
capitale culturelle québécoise un mouvement plus « alternatif » de cirque, qui n’adhère pas
aux pratiques et aux valeurs du cirque institutionnalisé qui domine les scènes et les médias.
Ma thèse se présente comme deux études de cas de deux compagnies dont les fondatrices
et directrices artistiques portent des visions qui se font écho autant qu’elles divergent.
C’est l’espace de la performance qui délimite le cadre au sein duquel j’aborde ce cirque. Je
définis la performance dans sa vision anthropologique développée par Schechner : dans
l’espace social où se réunissent performeur.e.s et spectateur.trice.s. La performance est à la
fois une « action, interaction, and relation » (Schechner 2003). C’est un phénomène social,
une expérience collective pendant laquelle des « communitas » (Turner 1986), ou « microcommunauté » (Dolan 2005), se forment de manière spontanée et au sein desquelles
s’opèrent des changements individuels et collectifs. C’est donc dans une relation à double
sens que les créateur.trice.s et les spectateur.trice.s sont engagé.e.s (Bouko, Guay 2015).
C’est ce dialogue entre geste créateur et perception du public au travers la performance
qui m’intéresse dans ma thèse. Pour définir ce que je considère comme se situant en dehors
de la pensée normative, je m’inspire des théories queer telles que développées par
Halberstam, Muñoz, Preciado et dans une certaine mesure Butler, qui envisagent le queer
comme une sorte de fantasme pour imaginer comme un spectre aux frontières poreuses
plutôt que fonctionnant par polarisation binaire. Aussi le queer me permet-il d’analyser la
performance de cirque au regard des concepts suivants : l’utopie, la non-production et nonreproduction, les notions de limites et frontières, et les « bodies that matter » (Judith Butler
1988). En mars j’aurai fini la collecte de données du premier terrain et une partie de
l’analyse et je serai sur le point de commencer la cueillette du second. Une partie de
l’écriture est déjà entamée. Au fil de ma recherche émerge de mon terrain et de mes
réflexions des enjeux d’une ampleur plus politique que je ne l’envisageais initialement et je
m’apprête à formuler un concept qui me fait interroger une partie de ma méthodologie et la
forme que devrait prendre mon analyse. Cette rencontre arrive donc à point nommé pour
présenter l’état de ma recherche et discuter, entre autres, de cette question.
par le CCCirque
Résumés des communications
Délima Sogny : Dans les entrailles d'un cirque de "caractère" : Archaos et son metteur en piste, Pierrot Bidon
J’ai entrepris mon mémoire de recherche sous la direction de Nathalie Coutelet sur Les
partis pris artistiques de Pierrot Bidon dans les spectacles d’Archaos, achevé́et soutenu en
septembre 2019. En quête de comprendre le fonctionnement de cette compagnie
circassienne dite de « nouveau » cirque créé par Pierrot Bidon (1954-2010) en 1986, j’ai
dirigé ma problématique sur l’aspect esthétique de cauchemar, en opposition à la magie et
aux paillettes du cirque traditionnel, et du contexte socio-culturel des années 1980-1990,
inspiration forte d’Archaos. Comment et par quels moyens Pierrot Bidon transforme-t-il à
travers Archaos le cirque en prenant partie d’une vision « cauchemardesque » et de « l’environnement culturel et social de son époque » ? C’est à travers trois chapitres coïncidant
ensemble et se répondant par des éléments liés que s’articule cette recherche. Ma première
partie porte sur les « caractères » d’Archaos, les artistes venant d’horizons variés, implantés
dans leur époque et également son côté bestial, s’apparentant plus aux animaux de ferme.
Mon deuxième chapitre s’attaque à la dramaturgie circassienne, d’abord celle du cirque
traditionnel afin de mettre en parallèle ces codes avec les compagnies de cirque
contemporaines émergentes, tel Cirque Baroque, Zingaro, et Cirque Plume, et enfin plus en
détails sur l’aspect dramaturgique d’Archaos. Le dernier chapitre présente la scénographie,
de l’espace du chapiteau aux véhicules motorisés typiques de cette compagnie, des
costumes aux accessoires « dangereux » (tronçonneuses, pétards, ...). J’ai entrepris ma
recherche par la lecture et l’analyse d’ouvrages théoriques et historiques, de revues
spécialisées, mémoires et thèses portant sur le cirque traditionnel, le cirque contemporain et
plus précisément sur Archaos. J’ai parcouru le fonds Pierrot Bidon situé à la BnF, et les
archives sur Archaos à Artcena et au CNAC et également réalisé des entretiens avec
d’anciens artistes, générant une nouvelle parole vivante. Plusieurs résultats et réflexions face
à ce sujet : En 1994, Pierrot Bidon quitte Archaos, laissant les clés de la compagnie à Guy
Carrara. S’opère un changement de paradigme dans la compagnie, esthétique puis
institutionnel, Archaos est actuellement un Pôle national cirque. Que penser du destin de
cette compagnie comparée aux autres compagnies circassiennes émergentes à la même
période ? Ce chaos semblant « bordélique » dans son fonctionnement, les spectacles mis en
scène par Pierrot Bidon sont créés de manière minutieuse. Pour reprendre les mécanismes
de cette compagnie, Pierrot Bidon joue avec son environnement, celui des années 1980-
1990, refaire du Archaos aujourd’hui serait de prendre en compte le contexte socio-culturel
de notre époque. Comment considérer notre environnement socio-culturel en le
représentant à travers une forme circassienne ? Le « cauchemar » d’Archaos ouvre la voie à
cette esthétique circassienne provocatrice. Dans un monde où la violence s’exacerbe de
plus en plus, comment la représenter afin de créer encore des émotions fortes chez le
spectateur ?
par le CCCirque
Résumés des communications
Annaëlle Toussaere : La catégorie anthropologique de l' "acrodanse" - Le cas du collectif "Les femmes de Crobatie"
Actuellement en Master 2 de recherche en danse à l'Université Paris 8, je m'intéresse dans le
cadre de mon mémoire à l'« acrodanse », aussi appelée « acrobatie en mouvement », ou
« acrobatie contemporaine », depuis que j'ai commencé l'acrobatie en amateur il y a trois
ans. Je me suis engagée dans cette recherche depuis un an, à travers des ateliers, stages,
spectacles, qui m'ont permis de rencontrer un certain nombre de pédagogues, interprètes et
chorégraphes qui font l'acrodanse aujourd'hui, à la fois de par le contexte institutionnel des
écoles de cirque en France et dans le sillon de ce que certain·e·s appellent la « danse
contemporaine belge ». J'ai choisi cette année de concentrer ma recherche sur les temps
de « Laboratoires » du collectif « Les Femmes de Crobatie », un collectif qui pratique
l'acrodanse entre acrobates professionnelles en non-mixité de genre, suite à ma rencontre
déterminante avec Marion Guyez (octobre 2018) et Julie Tavert (mai 2019), qui en font
partie. Je m'intéresse lors de ces temps de « Laboratoires » (octobre 2019 – avril 2020) à
l'articulation entre le « dire » et le « faire », en croisant à la fois une analyse des pratiques et
une analyse des discours, à partir des outils de l'analyse du mouvement et de l'anthropologie
(carnet de bord, entretiens, observation participante). Je souhaite partager lors de ces
Journée d’Études mes questions méthodologiques du moment, avec un point de mon analyse
en particulier : que nomme-t-on par « explosivité », « énergie acrobatique », « danser avec
les os », ou encore « s'appuyer sur l'air » ? Ces expressions, opérantes dans le cadre du
studio et dans le contexte d'ateliers, permettent de répondre, en termes de « qualité » de
mouvement, avec les outils de l'analyse du geste, aux pratiques acrobatiques en danse qui
sont encore trop rarement représentées et/ou documentées. Il ne s'agit donc pas de
proposer uniquement un vocabulaire propre à la danse, mais bien de prendre pour point
d'ancrage le vocabulaire en usage, pour proposer une anthropologie du geste qui
s'intéresserait dans le même temps aux catégories anthropologiques éventuellement à
l’œuvre. J'entends par « catégorie » un terme qui dans son contexte d'émergence écrit ou
oral, est sujet à des dynamiques de valorisation et/ou dévalorisation, de légitimité et/ou
d'authenticité, et dont découlent de multiples enjeux ; politiques, économiques, ou
identitaires par exemple. La catégorie que j'ai principalement identifié est la catégorie de
« contemporain », particulièrement opérante dans son contexte d'énonciation, que ce soit
en danse, en cirque ou en acrobatie. Il paraît nécessaire d'articuler cette catégorie à celle
de l'« acrodanse », souvent dévalorisée bien qu'employée par différent·e·s acteur·ice·s, et
valorisée dans une dynamique de réappropriation par le collectif « Les Femmes de
Crobatie ».
par le CCCirque
Résumés des communications
Cyrille Roussial : Enjeux historiographiques du jonglage pour une histoire administrative, réglementaire et politique d'un champ artistique
Nous nous proposons d’appréhender le jonglage comme un espace social autonome, doté
de ses propres traditions et lois de fonctionnement1. Afin de retenir plusieurs œuvres et
ressources témoignant des transferts, des influences, des réseaux et des circulations, des
conquêtes et des luttes constitutifs de ce champ artistique, nous souhaitons dans un premier
temps mettre au jour les acteur.ice.s et contextes ayant stimulé son développement depuis
la fin des années 1980 en France. Pour ce faire, nous envisageons une étude spécifique
destinée à dégager des éléments de compréhension historiques, terminologiques et
institutionnels : celle d’une histoire réglementaire et administrative du jonglage.
L’approche institutionnelle, peu envisagée dans les études sur le cirque2, suppose un effort
historiographique qui s’inscrit notamment dans la lignée des travaux de chercheur.se.s en
danse qui ont récemment dressé un état des lieux de l’organisation du champ
chorégraphique3, mis au jour les premiers signes d’une politique de marché de la danse
contemporaine4, ou encore entrepris de faire l’« archéologie » du métier de chorégraphe5.
En étudiant les relations que les acteur.ice.s du champ du jonglage ont pu nouer avec
l’institution et les pouvoirs publics, nous souhaiterions apporter des éléments susceptibles
d’éclaircir le sens de la distinction faite par Jérôme Thomas entre d’un côté « être
jongleur[.se] », et de l’autre « faire du jonglage »6. Dans cette perspective, nous retiendrons
deux éléments discriminants : d’une part, la programmation de pièces de jonglage ; d’autre
part, les réflexions — tant institutionnelles qu’individuelles — relatives au statut et aux droits
des auteur.ice.s et interprètes. En revenant sur la nature des ressources juridiques que nous
souhaiterions mobiliser, nous tiendrons compte d’autres agents et structures que ceux
propres au théâtre public et au réseau de jongleur.se.s professionnel.le.s. D’une part, parce
qu’une partie du marché du spectacle vivant est toujours prise en charge par des cirques et
structures de création et diffusion privés. D’autre part en raison de l’hypothèse fondatrice
de notre recherche : on suppose en effet que le développement récent du jonglage est
indissociable des positions que des praticien.ne.s à la fois professionnel.le.s et amateur.e.s
ont pu prendre ou défendre en vue de la reconnaissance de leur activité. Cette voie
nouvelle suppose de penser des problématiques qui peuvent parfois être communes à ces
derniers, à l’instar des questions de la reconnaissance auctoriale ou de la propriété de
pièces, d’objets, de gestes et techniques, des emprunts et des réutilisations.
par le CCCirque
Résumés des communications
Cyrille Roussial : Enjeux historiographiques du jonglage pour une histoire administrative, réglementaire et politique d'un champ artistique (suite)
Cette communication sera ainsi l’occasion de questionner le type de regard que
l’historien.ne est en droit de poser sur l’histoire et la finalité de sa démarche. En faisant se
confronter sources écrites et orales, documents et témoignages, notre objectif
historiographique est en effet de concilier deux exigences : d’un côté le contrat de vérité
sur lequel repose le discours historique (traitant du jonglage) ; de l’autre le contrat de
fidélité lié à l’expérience (de la communauté de jongleur.se.s qui relate leur rapport au
passé).
[1] Pierre Bourdieu, « Mais qui a créé les créateurs ? », in: Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 208.
[2] Nous pensons notamment aux travaux d’Émilie Salaméro
(« Politiques publiques du cirque. Reconnaissance artistique et segmentation d’une profession (1978-1993) »,
Politix, vol. 121, no. 1, 2018, p. 217-237) et de Julien Rosemberg (Arts du cirque : esthétiques et évaluation,
Paris, L'Harmattan, 2004).
[3] Marianne Filloux-Vigreux, La danse et institution : genèse et premiers pas d’une politique de la danse en
France : 1970-1990, Paris, L’Harmattan, 2001.
[4] Patrick Germain-Thomas, La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du
présent et de l’avenir, Toulouse, L’Attribut, 2012.
[5] Guillaume Sintès, Préfiguration, structuration et enjeux esthétique du métier de chorégraphe (France,
1957-1984). Une histoire administrative, réglementaire et politique de la danse, thèse de doctorat en
Esthétique, Université Paris 8, sous la direction d’Isabelle Launay, soutenue en 2015, p. 372.
[6] Le jongleur Jérôme Thomas est le directeur de la compagnie ARMO, fondée au début des années 1990.
Voir son entretien mené par Cyril Thomas, Châlons-en-Champagne, Cnac, 22 février 2017.
[7] Isabelle Launay, « À l’écoute du souvenir », in: Repères, cahier de danse, n° 28, novembre 2011, p. 10
par le CCCirque
Résumés des communications
Anne Bertin-Renoux: La créativité du geste sportif comme mode d'entrée dans l'activité de création en cirque dans le cadre de la formation des enseignants d'éducation physique et sportive
Plusieurs études récentes soulignent l’intérêt d’intégrer les arts du cirque dans les
programmes d’éducation physique (Kiez, 2015 ; Agans, Davis, Vazou & Jarus, 2019). La
pratique circassienne permettrait de développer la créativité, la confiance en soi et la
capacité à collaborer au sein d’un groupe. Le renforcement de ces compétences sociales
favoriserait, notamment, l’engagement dans les apprentissages (McCutcheon, 2003) et
l’inclusion des élèves en difficultés (Spiegel, 2014). Or le cirque et les pratiques artistiques
sont peu présentes dans les programmations d’éducation physique en France. Les
enseignants, majoritairement positionnés dans le champ du sport, sont peu formés aux
pratiques artistiques et peinent à proposer une démarche de création (Lemonnier, 2014).
Pour autant, l’analyse scientifique des articles parus dans une revue professionnelle de
référence, la Revue EP.S, montre que les formateurs et les enseignants manifestent un
intérêt pour la créativité dans l’ensemble des pratiques physiques et sportives. En
conséquence, on peut faire l’hypothèse que le développement de cette compétence
transversale dans la formation des enseignants d’éducation physique permettrait de faciliter
l’appropriation par les sportifs du processus créatif. La créativité du geste sportif pourrait
constituer un mode d’entrée pertinent dans les pratiques circassiennes afin de favoriser la
formation artistique des futurs enseignants d’éducation physique.
Bibliographie :
Agans J. & Davis, J., Vazou, S. & Jarus, T. (2019). Self-Determination Through Circus Arts : Exploring Youth
Development in a Novel Activity Context. Journal of Youth Development. 14.
Bolton, R. (2004). Why Circus Works : How the values and structures of circus make it a significant
developmental experience for young people. (Doctor of Philosophy), Murdoch University, Perth
Kiez, T.K.M. (2015). The Impact of Circus Arts Instruction on the Physical Literacy of Childrenin Grades 4 and
5. University of Manitoba.
Lê-Germain, E. (2012). La danse en EPS depuis la fin du XIXème siècle : entre école et culture. In OttogalliMazzacavallo C., Liotard Ph., L'éducation du corps à l'école. Mouvements, normes et pédagogies 1881-2011,
éd. AFRAPS.
Lemonnier, J.-M. (2014). L'indétermination de la danse à l'école : l'offre socioculturelle face aux enjeux
éducatifs. In Attali M., Saint-Martin J. À l'école du sport. Épistémologie des savoirs corporels du XIXème
siècle à nos jours. Louvain-la-Neuve.
De Boeck.McCutcheon S. (2003). Negotiating identity through risk: a community circus model for evoking
change and empowering youth. M.A. Cultural Performance Faculty of Arts, Charles Sturt University.
Spiegel J.B. (2014). Social Circus as an Art for Social Change: Promoting Social Inclusion, Social
Engagement and Cultural Democracy. In Kekäläinen (dir), Studying Social Circus, openings and perspectives.
Culture has an Impact! Seminar in Tampere, Finland.
Trotman R. (2013). Evaluation of a community circus skills programme at Dargaville Primary School.
par le CCCirque
Résumés des communications
Orianne Dupas : La poésie dramaturgique peut-elle et doit-elle modéliser la performance physique ?
Corpus : Le Cantique des Cantiques, Le Trépas du Roy de Marguerite de Navarre, La Femme
et son ombre de Paul Claudel
Il s'agit d'effectuer une étude comparée en poésie dramaturgique afin de l'adopter à une
dramaturgie de trapèze. L'aérien peut donc s'étudier selon une mélodie du plain-chant
grégorien et le déploiement du corps autour de l'agrès à partir de l'exécution de
mouvements gymniques. La démarche herméneutique s'appuie donc sur le langage du corps
et de la voix traduit donc à partir d'une étude comparée des textes poétiques. Les études
de réception des textes se reçoivent donc selon des modalités particulières dans le cadre
de l'objet de cette étude, à savoir donc selon la mélodie du chant grégorien et
l'enchaînement des mouvements gymniques, donc et efficace pour une dramaturgie d'un art
aérien : le trapèze. La géocritique est essentielle pour construire une dramaturgie du
trapèze puisqu'elle tient compte autant de l'espace au sol que l'espace aérien. Elle
comprend également pour la toponymie des lieux dans les textes qui représentent un
espace hypothétique où pourrait donc se situer l'agrès.
par le CCCirque
Biographie des organisateur-trices
Marine Cordier est sociologue, maîtresse de conférences en STAPS à l’Université Paris
Nanterre, membre de l’IDHES (U.M.R. 8533). Ses travaux s’inscrivent dans une sociologie
du travail et des professions artistiques et prennent notamment pour objet les processus
de professionnalisation dans le cirque, les parcours des artistes de cirque et des
danseurs, ainsi que les transformations des métiers de cadres du secteur du spectacle
vivant.
Tony Froissart est maître de Conférence, habilité à diriger des recherches, membre du
PSMS. Historien du sport de l’éducation physique, il a enseigné l’acrobatie et la
gymnastique à l’Université Paris 10. Il est l’auteur de 2 ouvrages sur l’Acrosport (1997,
2007). Il est aujourd'hui formateur à l’UFR-STAPS de REIMS. Ses recherches portent
notamment sur les liens entre solidarisme et éducation. Ses travaux actuels s’intéressent
à l’histoire culturelle de la pédagogie dans les écoles européennes de cirque et sur une
histoire culturelle des pratiques physiques artistiques.
Florence Legendre est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Reims
Champagne Ardenne. Sociologue de l'éducation et des groupes professionnels, ses
travaux actuels portent sur les processus de socialisation des enseignants, notamment
en école professionnelle de cirque en Europe. Elle est membre du Centre de Recherches
sur les Emplois et les Professionnalisations (CEREP - E.A. 4692).
Émilie Salaméro est sociologue, maîtresse de conférences à l'université Toulouse III -
Paul Sabatier. Elle s’intéresse notamment aux processus de socialisation professionnelle
dans les métiers de l’expertise corporelle et artistique, aux dynamiques de certaines
professions et aux rôles joués par les pouvoirs publics au sein de ces processus. Avec
Marine Cordier, elles ont publié en 2012 l’ouvrage Être artiste de cirque, aux éditions
Lieux-Dits.
Magali Sizorn est maîtresse de conférences à l’Université de Rouen - Normandie. Elle y
enseigne en STAPS et est co-responsable du Master Direction de projets ou
d’établissement culturels à l’U.F.R. des Lettres et sciences humaines. Ses travaux portent
sur les transformations des activités artistiques (cirque, danse, arts de la rue en
particulier) et sur les formes culturelles dites populaires. Elle a notamment
publié Trapézistes. Ethnosociologie d’un cirque en mouvement, aux Presses universitaires
de Rennes, en 2013 Elle est membre du Centre d’études des Transformations des
Activités Physiques et Sportives (CETAPS- EA 3832).
par le CCCirque
Adresse
CNAC / Cirque Historique
Centre de ressources et de recherche
1er étage - 1 rue du Cirque
51000 Châlons-en-Champagne

Contacts
CHAIRE ICiMa
Cyril Thomas / +33 (0)7 85 74 12 40 /cyril.thomas@cnac.fr
Diane Moquet / +33 (0)6 37 38 58 49 / secretariatchaireicima@cnac.fr
Florence Géraldy / +33 (0)3 26 21 80 49 / recherche@cnac.fr

CCCirque
recherche.cirque.asso@gmail.com
par le CCCirque
CCCirque
Le Collectif de Chercheur.e.s sur le Cirque a pour objectif de regrouper tout.e chercheur.e,
français.e, européen.ne ou international.e, mobilisé.e autour d’un projet d’études scientifiques sur
le cirque, quel que soit son statut. Le CCCirque est un espace d’échanges, un lieu de soutien et
de visibilité donnée à la recherche sur le cirque. Il est à l’origine de journées d’études, de travaux
collaboratifs, de rapports d’études, de présentations publiques ou encore de projets d’édition.
Son orientation se veut pluridisciplinaire (sciences humaines et sociales, sciences de la vie). Il
s’adresse avant tout aux chercheurs mais aussi à tous ceux (personne physique ou morale) qui
souhaitent soutenir la recherche scientifique sur le cirque. Il bénéficie de soutiens de la part de
structures telles que Horslesmurs-Artcéna ou encore le CNAC. En 2018, le CCCirque s’est
constitué en association dirigée par un conseil d'administration et un collège composés
respectivement de 15 et 6 membres.

Chaire ICiMa (Chaire d'Innovation Cirque et Marionnette)
Le Collectif de Chercheur.e.s sur le Cirque a pour objectif de regrouper tout.e chercheur.e,
français.e, européen.ne ou international.e, mobilisé.e autour d’un projet d’études scientifiques sur
le cirque, quel que soit son statut. Le CCCirque est un espace d’échanges, un lieu de soutien et
de visibilité donnée à la recherche sur le cirque. Il est à l’origine de journées d’études, de travaux
collaboratifs, de rapports d’études, de présentations publiques ou encore de projets d’édition.
Son orientation se veut pluridisciplinaire (sciences humaines et sociales, sciences de la vie). Il
s’adresse avant tout aux chercheurs mais aussi à tous ceux (personne physique ou morale) qui
souhaitent soutenir la recherche scientifique sur le cirque. Il bénéficie de soutiens de la part de
structures telles que Horslesmurs-Artcéna ou encore le CNAC. En 2018, le CCCirque s’est
constitué en association dirigée par un conseil d'administration et un collège composés
respectivement de 15 et 6 membres.

CNAC
Le CNAC est un opérateur de l’État, financé par le ministère de la Culture-DGCA et reçoit le
soutien du Conseil Régional du Grand Est, du Conseil Départemental de la Marne, de la ville de
Châlons-en-Champagne et de la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne
CNAC.FR / CNAC.TV
par le CCCirque

Télécharger le programme


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search