Enjeux historiographiques du jonglage : Quelques ressources pour appréhender la structuration d’un champ artistique, Cyrille Roussial

Photo de Cyrille Rousial
Photo par Cyrille Roussial

Intervention de Cyrille Roussial

Après avoir suivi un parcours pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, Cyrille Roussial s’est spécialisé en arts de la scène à l’École normale supérieure de Lyon et l’Université Lumière-Lyon 2 où il poursuit actuellement une thèse sous la direction de Julie Sermon. Il a par ailleurs mené des études ayant trait au développement de différents arts pour le ministère de la Culture ainsi que les réseaux des arts du cirque et de la rue irlandais (ISACS) et européen (Circostrada).

Afin d’appréhender les mutations récentes du jonglage au regard des positions que des praticien·ne·s professionnel·le·s et amateur·e·s ont pu prendre ou défendre en vue de sa reconnaissance, nous souhaitons dans le cadre de notre thèse analyser d’un point de vue historique, social et esthétique (ce) qui fait le ou la jongleur·se depuis les années 1980. À travers l’étude d’un ensemble d’acteurs, de réseaux et d’espaces d’expérience ayant simulé le développement récent du jonglage en France, nous entendons par-là retenir des exemples paradigmatiques de politiques et de poétiques1 qui lui sont propres. Cette recherche a pour but de rendre compte de rapports de force internes au milieu circassien et d’interroger la place que les jongleur·se·s occupent au sein du champ, plus général, du spectacle vivant.

Étant donnée la part active à la fois pratique et théorique que prennent ces praticien·ne·s dans le développement de leur art, nous nous intéressons à leur rôle dans son institutionnalisation, ainsi qu’aux moyens dont il·elle·s disposent pour appuyer leur légitimité. Nous souhaitons donc constituer un corpus d’œuvres qui, tant par leur processus de création que par leur mode de production, leur circuit de diffusion et leur réception, témoignent de tendances et tensions constitutives du jonglage actuel que l’on se propose pour l’instant de qualifier de champ artistique2. Pour ce faire, il apparaît judicieux de circonscrire des périodisations reconstituant les contextes dans lesquels ces travaux s’inscrivent, afin d’en dégager des éléments de compréhension historiques et terminologiques qui pourront être mis en regard des types d’organisation, de lieux et de dispositifs impliqués.

Nous présentons dans les paragraphes qui suivent les différents types de documents que nous souhaitons mobiliser et les enjeux historiographiques que leur usage soulève.

Qu’elles soient de nature administrative, juridique ou réglementaire, les principales ressources institutionnelles qui nous intéressent sont sélectionnées selon deux éléments discriminants : d’une part la production et la programmation de pièces de jonglage ; d’autre part, les réflexions tant collectives qu’individuelles ayant favorisé la reconnaissance de cet art. Si la majorité des acteurs, instances et organisations concernés relèvent de la filière cirque, il nous semble envisageable de consulter également des ressources relevant d’autres secteurs en raison de la « multipositionnalité »3 dont les jongleur·se·s font preuve dans leurs choix, leurs postures et leur parcours qui peuvent parfois sembler à contre-courant. Tout aussi différents soient-ils compte tenu des formations suivies, des lieux de création et de diffusion où s’inscrivent leurs œuvres, ou encore des organisations professionnelles auprès desquelles il·elle·s défendent et poursuivent leurs engagements, les jongleur·se·s véhiculent néanmoins des principes de fonctionnement, des pratiques et des logiques qui leur sont propres.

L’approche institutionnelle que nous empruntons a pour but de mettre en évidence les mécanismes de structuration de ce champ artistique au regard des rapports que ses acteurs ont pu entretenir avec les pouvoirs publics. En mettant en avant cette approche récemment engagée dans plusieurs études dédiées au cirque4, nous nous inscrivons dans la lignée de chercheur·se·s en danse qui ont dressé un état des lieux de l’organisation du champ chorégraphique5,  mis au jour les premiers signes d’une politique de marché de la danse contemporaine6, ou encore entrepris de faire l’archéologie du métier de chorégraphe7. Cependant la multipositionnalité caractérisant les jongleur·se·s révèle les limites que présente une telle approche, notamment en raison du caractère privé ou bénévole d’un certain nombre d’initiatives ayant contribué durant ces dernières décennies au développement du jonglage. C’est pourquoi nous envisageons de confronter certaines archives institutionnelles aux ressources produites par des jongleur·se·s, étant donné que ces deux types de sources ne s’invalident pas nécessairement, mais peuvent au contraire se compléter.

Figurant parmi les principales sources d’informations exploitées dans les études en arts du spectacle, le témoignage et plus particulièrement la critique à l’œuvre dans le monde des conversations privées — par nature méconnu8, mais parfois rendu public — peuvent constituer une documentation complémentaire aux ressources institutionnelles. En comparant le contenu de ces deux types de ressources, nous souhaitons répondre à un objectif historiographique que rapporte Isabelle Launay9, à savoir concilier deux exigences : d’un côté le contrat de vérité sur lequel repose le discours historique ; de l’autre le contrat de fidélité lié à l’expérience des personnes étudiées. Cette démarche a pour but d’appréhender plusieurs problématiques communes aux praticien·ne·s professionnel·le·s et amateur·e·s, comme par exemple la distinction faite entre d’un côté « être jongleur », et de l’autre « faire du jonglage »10. En recourant à un vocabulaire et des outils autres que ceux institutionnels, cette communauté appréhende elle aussi des problèmes ayant trait aux droits artistiques, en dénonçant par exemple publiquement des cas de plagiat, d’emprunt ou encore de réutilisation. Certain·e·s jongleur·se·s ayant affaire à des conflits de droits d’auteur sont parfois même amenés à les traiter en mobilisant directement leurs pairs.

La Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) a toutefois été le théâtre de discussions encourageant la double affirmation de l’œuvre et de l’auteur pour le jonglage, notamment dans le cadre de deux réunions organisées par le jongleur Jérôme Thomas, alors administrateur délégué aux arts du cirque. Plusieurs auteurs jongleurs11 ont d’abord été invités par ce dernier au début de l’été 2011 à délibérer et proclamer une réforme destinée à valoriser l’usage des termes « répertoire », « registre » et « genre » pour identifier les formes artistiques présentes sur le marché du spectacle vivant12. Ce mode de revendication du statut d’auteur a par la suite amené d’autres acteurs de la filière cirque13 à se positionner par rapport à leur décision dans le cadre d’une nouvelle réunion le 24 mai 2012, comme le rapporte le Syndicat des compagnies et cirques de création14 :

[…] selon les usages de la SACD, le cirque y est une des six « disciplines » du « répertoire spectacle vivant ». […] l’idée de « genre » […] se distingue de ce que l’on appelle communément dans le cirque le « registre » (acrobatie, clown, équestre, [jonglage]…). Ici, le déclarant en cirque a la possibilité de renseigner pour son œuvre, s’il le désire, un genre complémentaire parmi les trois suivants : « théâtre », « rue » et « chorégraphie ».

« Le monde du cirque débat à la SACD », compte-rendu du Syndicat des cirques et compagnies de création représenté par son président, le jongleur Martin Palisse, 21 juin 2012, consulté le 29 février 2020.

Cette réforme sémantique mise en œuvre dans les bulletins de déclaration d’œuvres a pour principal intérêt d’inciter des auteur·ice·s de cirque « à rester en cirque », tout en leur permettant de valoriser un autre genre caractérisant leurs œuvres. Autrement dit, il·elle·s peuvent se tourner vers des structures autres que le cirque sans pour autant déclarer leurs œuvres dans d’autres disciplines.

En plus d’avoir assisté aux deux réunions, le jongleur Nicolas Mathis a en parallèle entamé une discussion revenant sur leurs tenants et aboutissants avec d’autres jongleurs amateurs et professionnels sur le forum Jongle.net15. Dans ces échanges, nous pouvons trouver des points d’éclaircissements et de débat concernant cette réforme, dont l’étude pourrait être complétée voire approfondie à l’aide de ce genre de ressource pour deux principales raisons.

Il s’agirait tout d’abord d’appréhender l’impact de cette initiative administrative quant à la structuration du champ du jonglage et plus largement de la filière cirque : si ce statut a eu des effets symboliques, il reste à savoir dans quelle mesure son existence a été mise en œuvre d’un point de vue juridique. En l’occurrence, si l’usage oral des termes proposés ne semble pas avoir été généralisé dans le monde professionnel, leur application a incité plusieurs jongleur·se·s à reconsidérer la qualification et la place de leurs œuvres parmi celles déclarées auprès de la SACD. Il nous semble important d’insister sur ce point, car il justifie l’intérêt d’approfondir notre étude des conditions et modes d’exercice du métier de jongleur·se avant les années 2010.

D’autre part, la collecte de ces paroles critiques serait l’occasion de s’intéresser à d’autres postures que peuvent notamment prendre des personnes reconnues par la communauté des jongleur·se·s professionnel·le·s et amateur·e·s, mais qui ne le seraient pas nécessairement d’un point de vue institutionnel. Une partie de l’histoire « souterraine » et « discrète »16 que nous envisageons émane de ces personnes qui peuvent rencontrer des difficultés à être considérés (voire à se considérer) comme auteurs et à vivre du métier de jongleur·se. Cela justifie d’ailleurs notre choix d’étudier les manifestations dans lesquelles sont impliquées ces « forces discrètes »17, souvent organisées en association à différentes échelles. Tenir compte de ces réseaux alternatifs où une autre vie a été rendue possible pour le jonglage par les marges et les circuits secondaires, c’est non seulement se donner la possibilité de regarder dans le détail un fond commun travaillant le champ du jonglage, mais aussi tenter de comprendre les diverses strates politiques, sociales et esthétiques qui le font exister.

Bibliographie

  • Boltanski L., « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », in: Revue française de sociologie, vol. 14, 1973, p. 3-26.

  • Bourdieu P., « Quelques propriétés des champs », in: Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 113-120.

  • Cordier M., « Acteurs et enjeux de la démocratisation culturelle : le cas du cirque », 2013, in: Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014.

  • Cordier M., « De l’art populaire à la création contemporaine, le cirque à l’épreuve de la légitimation », in: Godez F. (dir.), Les Arts moyens aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 2008.

  • Filloux-Vigreux M., La danse et institution : genèse et premiers pas d’une politique de la danse en France : 1970-1990, Paris, L’Harmattan, 2001.

  • Germain-Thomas P., La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir, Toulouse, L’Attribut, 2012.

  • Guy J.-M., « La critique du cirque sur le fil ou la position du funambule », in: Wallon E. (dir.), Scènes de la critique : les mutations de la critique dans les arts de la scène, Arles, Actes Sud, 2015. 128-135.

  • Guyez M., « Les fables acrobatiques : des œuvres à contre-courant des politiques culturelles », in: Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines : dramaturgie, fiction et représentations, thèse de doctorat en Arts du spectacle, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, sous la direction de Muriel Plana et de Philippe Ortel, soutenue en 2017, p. 123-164.

  • Launay I., « À l’écoute du souvenir », in: Repères, cahier de danse, n° 28, novembre 2011, p. 8-10.

  • Launay I., Les danses d’après. Poétiques et politiques des répertoires, t. 1., Paris, CND, 2017.

  • Maleval M., L’Émergence du nouveau cirque. 1968-1998, Paris, L’Harmattan, 2010.

  • Papin M., 1968-1981 : Construction et identités du champ chorégraphique contemporain en France. Désirs, tensions et contradictions, thèse de doctorat en Esthétique, Université Paris 8, sous la direction d’Isabelle Launay, soutenue en 2017.

  • Rosemberg J., « La place des lieux du cirque dans les politiques culturelles de l’Etat menées à son endroit depuis les années 70 : conceptions et enjeux », in: Fourmaux F. (dir.), Les lieux de cirque, Paris, Le Manuscrit, 2008, p. 123-152.

  • Salaméro É., « Politiques publiques du cirque. Reconnaissance artistique et segmentation d’une profession (1978-1993) », in: Politix, vol.  121, no. 1, 2018, p. 217-237.

  • Sintès G., Préfiguration, structuration et enjeux esthétique du métier de chorégraphe (France, 1957-1984). Une histoire administrative, réglementaire et politique de la danse, thèse de doctorat en Esthétique, Université Paris 8, sous la direction d’Isabelle Launay, soutenue en 2015.

  1. Launay I., Les danses d’après. Poétiques et politiques des répertoires, t. 1., Paris, CND, 2017. []
  2. Bourdieu P., « Quelques propriétés des champs », in: Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 113-120. []
  3. Boltanski L., « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », in: Revue française de sociologie, vol. 14, 1973, p. 3-26. []
  4. Plusieurs travaux portant sur les effets et réflexions induits par les politiques culturelles à destination du cirque en France ont été éclairants pour notre travail. Nous pensons, dès les années 2000, à ceux de Julien Rosemberg et Martine Maleval, qui ont été enrichis durant la dernière décennie par des contributions d’Émilie Salamero, Marine Cordier et Marion Guyez. []
  5. Filloux-Vigreux M., La danse et institution : genèse et premiers pas d’une politique de la danse en France : 1970-1990, Paris, L’Harmattan, 2001. []
  6. Germain-Thomas P., La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir, Toulouse, L’Attribut, 2012. []
  7. Sintès G., Préfiguration, structuration et enjeux esthétique du métier de chorégraphe (France, 1957-1984). Une histoire administrative, réglementaire et politique de la danse, thèse de doctorat en Esthétique, Université Paris 8, sous la direction d’Isabelle Launay, soutenue en 2015. []
  8. Guy J.-M., « La critique du cirque sur le fil ou la position du funambule », in: Wallon E. (dir.), Scènes de la critique : les mutations de la critique dans les arts de la scène, Arles, Actes Sud, 2015, p.128 []
  9. Launay I., « À l’écoute du souvenir », in: Repères, cahier de danse, n° 28, novembre 2011, p. 10 []
  10. Jérôme Thomas, entretien mené par Cyril Thomas, Châlons-en-Champagne, Cnac, 22 février 2017. []
  11. Parmi les jongleurs invités figurent Jani Nuutinen (Circo Aereo), Denis Paumier (Les Objets Volants), Aurélien Bory (Compagnie 111), Yoann Bourgeois ainsi que Julien Clément et Nicolas Mathis (Collectif Petit Travers). []
  12. Thomas J., « Les arts en perte de grammaire et de repères », in: L’Observatoire, n° 38, 2011, §4, URL : https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2011-1-page-85.htm. []
  13. Parmi les invités de cette table ronde, on peut notamment citer Stéphane Bou (directeur de la Maison des Jonglages), Stéphane Simonin (directeur général de l’Académie Fratellini), Roger Le Roux (directeur du Cirque-Théâtre d’Elbeuf), Delphine Lanson (metteur en scène) ou encore Christian Lucas (metteur en scène, notamment auprès du jongleur Nikolaus Holz). []
  14. « Le monde du cirque débat à la SACD », compte-rendu du Syndicat des cirques et compagnies de création représenté par son président, le jongleur Martin Palisse, 21 juin 2012, consulté le 29 février 2020. []
  15. Jongle.net est la plateforme de discussion en ligne la plus utilisée en France jusqu’au milieu des années 2010 ; les réseaux sociaux ayant pris progressivement le relai des forums. L’exemple de Facebook est par exemple manifeste au regard du nombre croissant de praticiens membres de groupes dédiés au jonglage et plus ou moins spécifiques selon leurs intérêts. []
  16. Papin M., 1968-1981 : Construction et identités du champ chorégraphique contemporain en France. Désirs, tensions et contradictions, thèse de doctorat en Esthétique, Université Paris 8, sous la direction d’Isabelle Launay, soutenue en 2017. []
  17. ibid. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
CCCirque (6 mai 2021). Enjeux historiographiques du jonglage : Quelques ressources pour appréhender la structuration d’un champ artistique, Cyrille Roussial. Le carnet du CCCirque. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mb5y


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search