Circus as Intercultural Encounter, Ilaria Bessone et Ophélie Mercier

Intervention de Ilaria Bessone et Ophélie Mercier

La rencontre interculturelle dans la pratique du cirque amateur

La pratique du cirque dans l’éducation des jeunes et comme pratique d’inclusion sociale à travers le concept de ‘cirque social’ a été largement documentée par la recherche ces dernières années. Ces travaux œuvrent principalement à mettre en exergue les impacts positifs de l’éducation par le cirque en montrant son influence sur le bien-être des participants, l’impact sur la confiance en soi et la construction d’une communauté de pratique1. Suite à plusieurs rencontres internationales, certaines analyses ont mis en lumière un manque de perspective critique sur les pratiques de cirque dans un contexte interculturel2. Ces analyses démontrent la nécessité d’une réflexion critique et la prise en compte des dynamiques de pouvoir en jeu entre les formateurs (animateurs) de cirque, le personnel gestionnaire des écoles de cirque et les participants aux activités.

Afin de développer une meilleure compréhension de ces enjeux, six écoles de cirque[1] se sont regroupées avec le réseau Caravan et l’appui réflexif et analytique du département d’études décoloniales de l’University College de Dublin (UCD) pour créer un projet de recherche qui permettrait d’analyser ces enjeux et de créer un module de formation de formateurs pour l’enseignement du cirque en milieu interculturel. Les autrices, fondatrices du projet, sont elles-mêmes des membres actives de ces écoles de cirque. Elles coordonnent la recherche accompagnée d’Olga Sorzano (autrice d’une thèse comparative sur les pratiques du cirque en Colombie et au Royaume-Uni, ainsi qu’Alice Feldman, professeure de sociologie à l’UCD).

En effet, les formateurs de cirque sont de plus en plus confrontés à des publics très variés et doivent apprendre à gérer des rencontres interculturelles [intercultural encounter], c’est-à-dire l’interaction entre des groupes ou des individus au-delà des frontières culturelles, sociales et historiques3.  Dans le projet, la diversité des participants  comprend une multitude de différences telles que l’ethnicité, la nationalité, le genre, la sexualité, l’âge, la langue, la religion, le contexte socio-économique mais également les conditions physiques et mentales.

Dans un contexte dans lequel les demandeurs d’asile et les réfugiés sont de plus en plus perçus comme un groupe homogène soulevant méfiance et exclusion, les partenaires de ce projet ont décidé de considérer les migrants comme point de départ de leur projet. Depuis 2015, de nombreuses écoles de cirque ont développé des projets de pratique du cirque avec des migrants. C’est cette pratique émergente que ce projet souhaite analyser dans le but de développer un programme et des matériaux pour créer un module de formation. Ce programme pourra ainsi contribuer à renforcer les compétences interculturelles des formateurs de cirque et des organisations afin de participer à l’inclusion des participants et plus généralement à lutter contre les formes de racisme et discrimination.

Approche participative

Un objectif important de ce projet est également de mettre en lien la méthodologie de la recherche académique avec la pratique et l’enseignement du cirque amateur. Ainsi, ce projet vise à former des praticiens des écoles de cirque aux méthodes de recherche en sciences sociales, et à cette recherche de s’instruire des pratiques professionnelles et de la vision des ces ‘chercheurs de terrain’. L’idée principale est de se maintenir en interaction permanente entre la recherche et la pratique au sein des organisations de cirque social.

Cadre Théorique

Tout au long de cette recherche, les concepts ‘interculturel’, rencontre (encounter) et cirque (social) sont utilisés comme des concepts sensibles (‘sensitizing concepts’)4 plutôt que comme des notions “définitives”. Pendant  la recherche, ces concepts seront utilisés afin de construire “des références et des guides communs”. Plutôt que d’amener des “recommandations sur ce qu’il faut voir”, nous nous attarderons sur les “directions vers lesquelles regarder”5. Le processus de recherche de terrain, la construction d’un syllabus et les discussions collectives vont permettre de re-définir ces concepts centraux et d’en faire émerger des nouveaux.

Interculturel

Selon le Conseil de l’Europe, le dialogue interculturel vise à “développer une compréhension profonde de la diversité des visions du monde et façons de faire, afin d’accroître la coopération et la participation (ou la liberté de choisir), de permettre le développement personnel et les transformations, et de promouvoir la tolérance et le respect de l’autre”6

À partir de cette définition, le projet définit l’interculturel comme une notion réflexive et sensible au pouvoir, performative et transformative. La pratique interculturelle est conçue comme un processus de négociation actif et permanent dans lequel la différence ne disparaît pas7, elle se situe “au-delà de la simple tolérance de l’Autre”8 et ne peut être séparée de conflits plus larges et de contextes sociaux et politiques. 

S’intéresser à la pratique interculturelle dans le cirque est perçu comme un espace où de nouvelles expériences, des capacités, des relations, des opportunités et des processus sont générés et invités. Cela implique une observation attentive pour saisir les pratiques réflexives critiques en lien avec les différences culturelles et engagées dans des actes performatifs.

Rencontre (Encounter)

Les rencontres éthiques9 et significatives10 impliquent la responsabilité et la générosité envers les autres : c’est-à-dire reconnaître les conditions d’inégalités pré-existantes et favoriser de nouvelles et possiblement surprenantes perspectives venant de l’autre, plutôt que des stéréotypes réducteurs. Cela implique ensuite une ouverture et une disponibilité pour définir et redéfinir le sens à travers la rencontre comme un élément de surprise et d’enchantement comme un “état qui saisit le potentiel de devenir différent”11, et qui ne nécessite pas de le figer mais qui laisse un espace pour des découvertes en chemin.

Cette recherche vise à concevoir une pratique interculturelle du cirque comme une “éthique d’harmonisation”12 c’est-à-dire une pratique qui inclut “l’échec, l’inapproprié, l’ambiguïté, l’ambivalence, la rupture et la fugacité (…) comme un espace où le potentiel créatif et la possibilité politique des rencontres sont possibles.” 13.

La pratique du cirque social

Les rencontres culturelles dans des contextes organisés (pratique artistique amateur, éducation non-formelle) rassemblent deux tensions, tant opposées qu’importantes  : le script  (la structure, les routines, ce qu’on connaît et qu’on suit) et  le “risque” (l’inconnu) 14.

Le script du cirque social comme “rencontre culturelle organisée” [organised cultural encounter]15 inclus:  

  1. Le caractère autotélique et corporel de la pratique circassienne, qui ouvre des opportunités de fluidité (flow) pour ceux qui vivent les espaces quotidiens comme “résistants”16
  2. La centralité de la gestion du risque et du travail sur la confiance dans l’apprentissage 
  3. La valeur de la créativité et de l’inattendu qui valorise la diversité

La tension du risque représente un des enjeux centraux de ce projet, qui vise à explorer comment les organisations, formateurs, participants incluent l’inattendu, “inherent unpredictability”17 des rencontres dans la construction des projets de cirque social. Comment peut-on interagir avec des situations fluctuantes et incertaines, détecter les intérêts sociaux et les croyances en jeu, contribuer à la réflexivité de la pratique en l’ouvrant aux critiques et aux conséquences surprenantes ?

Conclusion

L’objectif est donc de mener une recherche fondée sur la pratique et de chercher à répondre aux questions suivantes :

–          Quand une personne est-elle confrontée aux “effets cruels”18 des stéréotypes, de ses habitudes et de ses façons de penser ? Quelles sont les occasions/ situations qui permettent à un nouveau sens de la responsabilité d’émerger et à une urgence d’adapter son comportement de se développer ?

–          Quelles sont les conditions pour que la rencontre en cirque social crée un nouveau mode de pensée pour concevoir sa pratique ? 

–          Enfin, si des nouvelles dynamiques d’interaction émergent à travers le cirque, comment les étendre à d’autres domaines de la vie quotidienne ?

Par conséquent, les personnes qui vont réaliser les enquêtes de terrain sont elles-mêmes engagées dans les écoles de cirque partenaires soit en tant qu’animateur/formateur, soit en tant que participant. Malgré les limites méthodologiques que cela peut engendrer, leur proximité avec les participants et la communauté de praticiens vont permettre un accès plus facile au terrain.

Les six chercheurs et chercheuses ont participé à une formation coordonnée par l’University College of Dublin en partenariat avec le groupe de coordination de recherche. Au cours de ces trois jours de formation, les participants ont pu se former aux techniques de base de la recherche en sciences sociales et pratiquer également des outils innovants à travers des recherches corporelles et observation participante. Chaque chercheur a ainsi pu affiner sa question de recherche en fonction de la particularité de son organisation et du projet étudié et ensuite réaliser son plan de collecte de données. Les données collectées prendront principalement la forme d’observation participante accompagnée de photos et de vidéos, les chercheurs étant tous pleinement investi dans les projets étudiés. Les chercheurs vont également réaliser des entretiens avec les formateurs (animateurs), avec les participants et possiblement avec des partenaires. 

Donc ce projet offre une approche singulière dans le partenariat circassien et universitaire et promet d’apporter des éclairages nouveaux sur les enjeux de diversité nourris par cette méthodologie innovante.Plus largement, ‘Circus as Intercultural Encounter’  propose à la communauté circassienne (soit de manière large les formateurs, les animateurs, les participants, les artistes, les organisateurs) de réfléchir aux enjeux de racisme et de discrimination dans l’optique de développer des pratiques plus inclusives. L’objectif est d’activer cela de deux manières : d’une part, les résultats de la recherche, ainsi que le guide de formation, seront largement diffusés et disponibles gratuitement pour toutes les personnes qui souhaitent développer une vision de l’art comme vecteur de changement social. D’autre part, la réflexivité et les questionnements soulevés sur les dynamiques de pouvoir et de privilèges existant au sein des organisations de cirque pourront mener vers des rencontres plus éthiques et ainsi plus largement améliorer les pratiques circassiennes.

 [1] AltroCirco (Italie), CircusPlaneet (Belgique), Palestinian Circus School (Palestine), Sirkus Magenta (Finlande), Skala Fuskabo (Slovénie), et Zaltimbanq (Luxembourg)

References

  • Ahmed, S., 2000. Strange Encounters: Embodied Others in Post Coloniality. London: Routledge

  • Ahmed, S., 2010. The Promise of Happiness. Durham: Duke University Press

  • Bessone, I., 2017. Social Circus as an Organised Cultural Encounter. Embodied Knowledge, Trust and Creativity at Play. Journal of Intercultural Studies, 38:6, 651-664

  • Blumer, H., 1954. What is wrong with social theory. Official Journal of the American Sociological Society, 19:1, 3-10

  • Bolton, R. (2004). Why Circus Works. How the values and structures of circus make it a significant developmental experience for young people. Murdoch University, Perth.

  • Cadwell, S. J. (2018) Falling together: an examination of trust-building in youth and social circus training. Theatre, Dance and Performance Training, 9(1): 19-35.

  • Christiansen, L.B., Galal, L.P. & Hvenegaard-Lassen, K. (2017) Organised Cultural Encounters: Interculturality and Transformative Practices, Journal of Intercultural Studies, 38:6, 599-605

  • Desanghere, S. (2016). “Look at me!”. The circus approach: working with children and young people through the circus arts. Stories and methods on how to deal with diversity and accessibility. Booklet realized with the support of PEYC (Professionalizing European Youth Circuses). Available from: http://www.peyc.eu/wp-content/uploads/2016/03/Look-at-me_web.pdf [30/03/2017].

  • Christiansen L.B., Galal L.P. & Hvenegaard-Lassen, K. 2017. Organised Cultural Encounters: Interculturality and Transformative Practices. Journal of Intercultural Studies, 38:6, 599-605

  • Ganesh S., Holmes, P.,  2011. Positioning Intercultural Dialogue—Theories, Pragmatics, and an Agenda, Journal of International and Intercultural Communication, 4:2, 81-86

  • Mignolo, W., Walsh, C. 2018. On Decoloniality: Concepts, Analytics, Praxis. Durham: Duke University Press

  • Spiegel, J., Parent, S.N. (2018). Re-approaching community development through the arts: a ‘critical mixed methods’ study of social circus in Quebec. Community Development Journal, 53(4): 600–617

  • Wilson, H.F., 2013. Learning to Think Differently: Diversity Training and the ‘Good Encounter.’ Geoforum, 45, 73–82.

  • Wilson, H.F., 2016. On Geography and Encounter: Bodies, Borders, and Difference. Progress in Human Geography, 1–21
  1. voir : Bolton, R. (2004). Why Circus Works. How the values and structures of circus make it a significant developmental experience for young people. Murdoch University, Perth. ; Cadwell, S. J. (2018) Falling together: an examination of trust-building in youth and social circus training. Theatre, Dance and Performance Training, 9(1): 19-35. ; Desanghere, S. (2016). “Look at me!”. The circus approach: working with children and young people through the circus arts. Stories and methods on how to deal with diversity and accessibility. Booklet realized with the support of PEYC (Professionalizing European Youth Circuses)[30/03/2017]. ; Kekäläinen, K. (Ed.) (2014). Studying Social Circus – Openings and Perspectives. Conference Proceedings Culture Has an Impact! Seminar in Tampere, Finland December 12th – 15th 2013. Tampere. ; Spiegel, J., Parent, S.N. (2018). Re-approaching community development through the arts: a ‘critical mixed methods’ study of social circus in Quebec. Community Development Journal, 53(4): 600–617 []
  2. Bessone, I. (edited by) (2018). Circus in Discomfort Zones. Social circus with refugees and asylum seekers as a tool for social change. Report of the International Meeting organised by AltroCirco in Siena, April 24-26, 2018. []
  3. Christiansen, L.B., Galal, L.P. & Hvenegaard-Lassen, K. (2017) Organised Cultural Encounters: Interculturality and Transformative Practices, Journal of Intercultural Studies, 38:6, 599-605 []
  4. Blumer, H., 1954. What is wrong with social theory. Official Journal of the American Sociological Society, 19:1, 3-10 []
  5. Blumer, H., 1954. What is wrong with social theory. Official Journal of the American Sociological Society, 19:1, 7 []
  6. Council of Europe. 2008. White Paper on Intercultural Dialogue – Living together as equals with dignity: 17 []
  7. Mignolo, W., Walsh, C. 2018. On Decoloniality: Concepts, Analytics, Praxis. Durham: Duke University Press []
  8. Ganesh S., Holmes, P.,  2011. Positioning Intercultural Dialogue—Theories, Pragmatics, and an Agenda, Journal of International and Intercultural Communication, 4:2, 81 []
  9. “ethical”, Ahmed, S., 2000. Strange Encounters: Embodied Others in Post Coloniality. London: Routledge []
  10. “meaningful”, Wilson, H.F., 2016. On Geography and Encounter: Bodies, Borders, and Difference. Progress in Human Geography, 1–21 []
  11. Wilson, H.F., 2016. On Geography and Encounter: Bodies, Borders, and Difference. Progress in Human Geography, 2 []
  12. “ethics of attunement” []
  13. Wilson, H.F., 2016. On Geography and Encounter: Bodies, Borders, and Difference. Progress in Human Geography, 15 []
  14. Christiansen, L.B., Galal, L.P. & Hvenegaard-Lassen, K. (2017) Organised Cultural Encounters: Interculturality and Transformative Practices, Journal of Intercultural Studies, 38:6, 599-605 []
  15. Bessone, I., 2017. Social Circus as an Organised Cultural Encounter. Embodied Knowledge, Trust and Creativity at Play. Journal of Intercultural Studies, 38:6, 651-664 []
  16. Ahmed, S., 2010. The Promise of Happiness. Durham: Duke University Press, 12 []
  17. Wilson, H.F., 2016. On Geography and Encounter: Bodies, Borders, and Difference. Progress in Human Geography, 15 []
  18. Wilson, H.F., 2013. Learning to Think Differently: Diversity Training and the ‘Good Encounter.’Geoforum, 45, 74 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search