Lieux de cirque et de rencontres : le cas de la Verrerie d’Alès, Léa de Truchis

Intervention de Léa de Truchis

Dans le titre de la journée d’étude Lieux, espaces, territoires de cirque, deux mots m’ont particulièrement intéressée : lieu et territoire. Le premier définit une portion déterminée d’espace, souvent une habitation destinée spécifiquement à quelque chose ; le second en revanche désigne un espace plus large, une étendue de terre plus ou moins nettement délimitée, qui présente généralement une certaine unité, souvent déterminée par l’homme, et qui évoque une notion d’appartenance1. Grâce à mes stages dans les Pôles Nationaux de Cirque (PNC), La Brèche (Cherbourg) et la Verrerie (Alès), j’ai pu constater combien à travers un festival, un lieu peut rayonner via le territoire qu’il se construit. Je me suis particulièrement intéressée à la Verrerie2, en me demandant comment un PNC, implanté dans une région qu’on peut qualifier de « zone blanche »3 culturelle, arrive à proposer et créer différentes dynamiques dans son territoire, à échelle régionale comme locale.

1. Echelle régionale

Le site culturel de Rochebelle a été investi à partir de 1986 par la compagnie ARCHAOS, puis par la Verrerie en 2004, qui a été labellisée PNC en 2009. Pour développer son rayonnement, la Verrerie a mis en place le festival « Cirque en Marche » dans le Gard. Son premier territoire était départemental ; mais il s’est élargi et le festival est désormais intégré dans les Temps de Cirque, qui se déclinent également dans l’Aude et dans l’Hérault. Un festival donc sur trois départements et une saison qui se joue jusqu’en Lozère avec les Pistes à Suivre (un réseau régional d’acteurs culturels accueillant du cirque). Le rayonnement territorial s’étend à présent sur tout l’ex Languedoc Roussillon, atteignant ainsi une échelle régionale. Certes, ce n’est pas le rayonnement du festival SPRING (porté par la plateforme des deux PNC, La Brèche et le Cirque théâtre d’Elbeuf) qui s’appuie sur les structures culturelles de toute la Normandie. Cependant les Temps de Cirque en 2019 représentent tout de même 35 spectacles, 80 représentations et surtout 48 partenaires. La Verrerie développe de nombreux partenariats pour imaginer des espaces de représentations : beaucoup sont des structures municipales ou communales (médiathèques, salles des fêtes, espaces culturels, centres sociaux). Ce rayonnement du cirque dans ce territoire proche du « désert culturel »4 est profondément dépendant des acteurs politiques locaux5 , à l’image de l’Usine de Cenne-Monestiés, réhabilitée par la compagnie de cirque Aléas.

Exemple du rayonnement sur le territoire

L’Usine, Cenne-Monestiés © Fantaisies Populaires.

Cenne-Monestiés est un petit village de moins de 500 habitants au cœur de l’Aude : un lieu charmant mais étonnant (tant il est isolé) pour transformer une usine désaffectée en espace d’accueil d’ateliers et de spectacles de cirque. Pourtant ce lieu fonctionne depuis 2016 à travers le festival Les Fantaisies Populaires porté par la compagnie Aléas. On constate que ce petit festival s’appuie sur des aides financières à grande échelle (département, région, fonds européens) pour un rayonnement local : le festival fait largement appel à des acteurs locaux (réseau de diffusion, mairie, bénévoles et associations). Cette mobilisation permet d’investir un public rural, moins habitué à une esthétique de cirque dite contemporaine et/ou qui sort du chapiteau traditionnel6. Comme le dit La Dépêche, c’est « la culture chez vous »7. Cette initiative de diffusion du cirque dans un espace rural et de développement territorial d’une friche culturelle rejoint le projet de La Verrerie, et le lieu de l’Usine est devenu un espace de temps fort pour le festival Temps de Cirque dans l’Aude en 2018. À travers ce festival ou celui de la compagnie Aléas, le village s’ouvre à une programmation et à une action culturelle continue soutenue par la municipalité. Dans le cas de Lagrasse (un autre village de l’Aude), où les Temps de Cirque entraînent la mise en place d’un espace chapiteau8, le cirque s’implante sur le territoire grâce à un dispositif et un espace qui lui est propre selon une temporalité ponctuelle. A Cenne-Monestiés, le fait de s’approprier un lieu chargé de l’histoire du village signifie s’installer dans un lieu. Sédentariser le cirque dans un espace rural c’est donc avoir un impact sur du long terme9. Cette initiative amène le cirque là où il n’est plus attendu et stimule une activité proprement locale.

2. Echelle locale

Compagnie d’Elles – Tôle Story © Pierre Rigo.

Outre son implication territoriale au niveau régional, la Verrerie tente également de mettre en place une activité culturelle impliquant une vie de quartier autour du pôle culturel de Rochebelle, situé dans une zone excentrée et relativement pauvre d’Alès. La programmation 2019 du festival local InCircus reflète bien cette volonté : une carte blanche a été donnée à deux artistes pour s’approprier un immeuble abandonné du quartier ; la compagnie d’Elles répétait dans le quartier pour la création de Liesse(s) qui fait participer des associations locales ; et les terrains d’aventures sont imaginés pour proposer des activités aux enfants. Cependant, l’envie de créer un lien avec les habitants est soumise à de nombreuses difficultés. La volonté de vie de quartier pose la question entre l’adaptation aux codes sociaux locaux ou la liberté d’expression artistique, quitte à aller à l’encontre du public. Le rôle de l’art dans sa perspective sociale est-il de satisfaire les attentes pour qu’il y ait une activité culturelle ou faire bouger les perspectives du public à travers des propositions moins attendues ? Doit-on s’adapter ou former le public, lorsque celui-ci n’est pas uniquement composé d’une couche sociale habituée aux spectacles10 ? Par exemple, lors de mon stage, une compagnie en résidence répétait nue en extérieur ; ce genre de scène reste très problématique pour les habitants du quartier et les artistes ont dû continuer les répétitions, vêtus. En cherchant à ouvrir ses espaces de représentations et son territoire d’actions culturelles, la Verrerie se heurte aux difficultés de rencontre avec ceux qui vivent dans ces espaces. Or la rencontre n’est-elle pas première, avant de pouvoir penser toute démarche d’apprentissage culturel ?

3. Echelle intime avec le cirque portatif

Cependant, la Verrerie arrive à créer divers terrains de rencontres. Depuis 2012, sur une commande de l’Aude pour animer ses bibliothèques, le PNC a mis en place le dispositif du Cirque Portatif. L’idée est de proposer des spectacles dans des espaces et des lieux non dédiés au spectacle vivant. Les compagnies sélectionnées (la production est déléguée à la Verrerie pour trois ans, avec un roulement tous les ans) doivent créer un spectacle qui soit portatif techniquement (obligeant à restreindre ou réinventer les agrès), budgétairement et tout public. Encore une fois, il s’agit de faire de « la culture chez vous » – Edouard Dagron, secrétaire général de la Verrerie, insiste pour que ce soit le spectacle qui puisse « jouer dans son salon »11– mais cette fois dans des espaces qui ne sont pas prévus pour être des lieux de diffusion. Ainsi, l’implantation du cirque dans des espaces et des temporalités au cœur des habitudes des usagers permet de croiser les publics (ceux qui suivent la programmation et ceux qui se retrouvent face à l’événement) dans des environnements et des jauges intimistes. Depuis 2017, le dispositif s’est élargi sur le territoire à de nombreux niveaux, en faisant appel à des artistes locaux (d’Occitanie), et en multipliant les lieux de représentations (mairie, foyer, salle polyvalente, hôpital public, prison). Tous les partenariats12 permettent de mettre en place ce projet de territoire qui s’inscrit dans la lutte contre le « désert culturel » (rural ou urbain). Entre espace habité (le quartier) ou lieu du quotidien (bibliothèque par exemple), le second semble plus apte à être un lieu de rencontres autour du cirque. Est-ce l’intimité du temps de représentation ou la neutralité du territoire qui permet un échange plus efficace entre les différents types de publics ? En tout cas, force est de constater qu’il y a certains modèles de rencontres et de sociabilisation13 qui fonctionnent mieux que d’autres.

Cette étude de cas permet de voir les dispositifs que la Verrerie met en place pour étendre son territoire d’influence de diffusion du cirque, notamment dans des espaces aux identités bien marquées (que ce soit le village de Cenne-Monestiés ou le quartier de Rochebelle). Mais c’est surtout dans les différents lieux culturels de son territoire (bien plus que dans son propre espace) que ce PNC réussit le mieux son pari d’aller à la rencontre de nouveaux publics. En investissant de nouveaux lieux de représentation, ce n’est plus le public qui va au cirque, c’est le cirque qui investit les lieux du quotidien14. Cependant, si ces dispositifs placent la dynamique de rencontres du public au cœur des préoccupations, ils soulèvent nombre de questions sur les capacités de mettre en place l’idéal auquel rêvent nos institutions : proposer des actions culturelles et artistiques à toutes les couches de la population…

  1. Les définitions ici proposées sont celles que l’on peut trouver sur le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, https://www.cnrtl.fr/. []
  2. Expression du Ministère de la Culture, utilisée dans son communiqué de presse du 29 mars 2018 : https://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Plan-d-action-en-faveur-des-territoires-culturels-prioritaires []
  3. Expression du Ministère de la Culture, utilisée dans son communiqué de presse du 29 mars 2018 : https://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Plan-d-action-en-faveur-des-territoires-culturels-prioritaires []
  4. Selon l’expression du Ministère de la culture, aujourd’hui remplacée par l’expression « territoires culturels prioritaires », dans le communiqué de presse cité précédemment. []
  5. Pour rappel, il s’agit là d’une des missions nommées dans le cahier de charges d’un PNC :  « Les structures labellisées PNC développent une politique en matière de transmission des arts du cirque, d’éducation artistique et culturelle et assurent un rôle de lieu ressource sur leur territoire. […] Les structures labellisées PNC :- constituent une référence et une ressource sur leur territoire par la diffusion régulière de spectacles de cirque ; […]
    – établissent des coopérations avec des structures de diffusion, généralistes ou spécialisées, sur les plans régional, national, européen et international » In Arrêté du 5 mai 2017 fixant le cahier des missions et des charges relatif au label « Pôle national du cirque » https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=131BEA5FFADC1423001FAA01FC8422B9.tpdila18v_1?cidTexte=JORFTEXT000034679276&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000034674092  Tout l’intérêt est donc de voir comment le PNC de La Verrerie interprète les missions du cahier des charges pour les mettre en action. []
  6. Les distinctions entre cirque traditionnel et cirque contemporain, qu’elles soient économiques comme artistiques, sont résumés par le site https://cirque-cnac.bnf.fr/fr/esthetiques-formes-et-genres. []
  7. https://www.ladepeche.fr/article/2018/12/20/2928196-temps-de-cirque-dans-l-aude-8e-edition.html []
  8. Appelé quand même « Chapiteau en territoire à Lagrasse ». []
  9. Pour reprendre l’histoire des lieux de cirque, leur temporalité et leur rapport à l’espace, on peut se pencher sur l’ouvrage de Christian Dupavillon, La tente et le chapiteau (Norma édition, 2004), sur le magazine Arts de la piste n°34 (2005) qui consacre un dossier sur « Les Lieux du Cirque » (pp. 13-39), ou encore sur le livre de Pascal Jacob et Christophe Pourtois, Du permanent à l’éphémère… Espaces de cirque, (CIVA, 2002). []
  10. Pour continuer la réflexion que soulèvent ces questions, on peut lire l’article de Anne-Marie Autissier « Publics partenaires ou médiateurs ? Vers de nouvelles dynamiques » in Le Théâtre et ses publics, la création partagée, Colloque de Liège, Nancy Delhalle (dir.), Les Solitaires Intempestifs, juin 2013, pp. 43-56. []
  11. Expression utilisée lors d’un entretien téléphonique en Novembre 2019. []
  12. Les départements du Gard et de l’Aude, le Ministère de la Culture et de la Communication, et le Cirque Jules Verne Pôle national cirque et arts de la rue d’Amiens. []
  13. Pour approfondir la question du cirque comme espace de sociabilisation, on se référera à la thèse de Corinne Covez, Le cirque, une école du vivre. Pratique artistique : une éducation de la relation à soi, aux autres et au monde, publiée chez L’Harmattan, collection « Logiques sociales », en 2017. []
  14. On peut également réfléchir sur la question de l’institutionnalisation de cirque à travers le modèle du Nouveau cirque, notamment à travers les réflexions de Marie-Carmen Garcia, avec son article « La légitimation artistique de la danse hip hop et du cirque contemporain, un effet de l’institutionnalisation des pratiques culturelles ‘populaires’ », in Informations sociales n°190, CNAF, 2015, pp. 92-99. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search