La Maison des Jonglages: genèse et enjeux d’un projet aux multiples lieux, espaces et territoires, Cyrille Roussial

Intervention de Cyrille Roussial

Après avoir suivi un parcours pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, Cyrille Roussial s’est spécialisé en arts de la scène à l’École normale supérieure de Lyon et l’Université Lumière-Lyon 2 où il poursuit actuellement une thèse sous la direction de Julie Sermon. Il a par ailleurs mené des études ayant trait au développement de différents arts pour le ministère de la Culture ainsi que les réseaux des arts du cirque et de la rue irlandais (ISACS) et européen (Circostrada).

 

Nous nous proposons de revenir sur plusieurs étapes du développement de la Maison des Jonglages1 au regard des différents lieux et espaces mobilisés depuis sa création en 2008. Qu’il s’agisse de ceux où les jongleur·se·s pratiquent, créent et présentent leurs œuvres, ou dédiés à des rencontres et des manifestations témoignant de la diversification de l’activité de cette association, notre réflexion tient compte de différentes échelles territoriales pour mettre au jour une partie des acteurs ayant contribué à sa structuration. La place de la Maison des Jonglages dans le secteur du spectacle vivant est par ailleurs étudiée au regard des missions que ses directeurs2 ont progressivement défini et des ressources mobilisées pour les mener. Pour cette étude, nous nous sommes appuyés sur des sources issues de la presse ou de structures et organisations professionnelles partenaires, ainsi que des témoignages de praticien·ne·s.

En décembre 2007, Thomas Guérineau et Rémi Laroussinie, jongleurs professionnels, formulent plusieurs constats concernant la situation des « jonglages » en Europe, et plus particulièrement en France3. La marque du pluriel qu’ils emploient pour parler de l’art du jonglage reconnaît la variété d’œuvres et de positions qui s’y rattachent et ne sont pas seulement prises en charge par la filière du cirque. S’ils considèrent le rôle qu’ont pu avoir des festivals dédiés au jonglage depuis la fin du XXe siècle4 en mettant en avant des créations actuelles de jongleur·se·s professionnel·le·s, ils souhaitent en l’occurrence défendre l’intérêt de disposer d’une structure de création, d’accompagnement et de diffusion dédiée à l’ensemble de ces écritures, formes et pratiques scéniques. Celles-ci ne demandent en effet qu’à être mieux connues par un public élargi à d’autres spectateur·ice·s que celles et ceux majoritairement praticien·ne·s, notamment habitué·e·s aux conventions de jonglage5. Avec le concours de plusieurs lieux culturels franciliens6 et « sous le parrainage de l’expert Jean-Michel Guy »7, une première « Rencontre des Jonglages » convie les 19 et 20 avril 2008 au centre culturel Jean-Houdremont8 de La Courneuve une trentaine de compagnies et jongleur·se·s bénévoles pour présenter leurs travaux. Attirant un millier de spectateurs, le succès de cet « état des lieux du jonglage aujourd’hui »9 convainc le directeur de ce lieu de reconduire cette initiative pour qu’elle devienne un festival l’année suivante, et d’accueillir « en résidence » la Maison des Jonglages, association créée en août.

Une partie des studios du centre culturel Jean-Houdremont sont mis à sa disposition la saison suivante pour qu’elle puisse mener à bien ses activités de production et de diffusion d’œuvres jonglées — y compris des courts et moyens formats. L’espace public est également investi pour accueillir dès la seconde édition de la Rencontre des Jonglages des structures itinérantes : en 2009, le chapiteau du Cirque Bang Bang est ainsi installé à quelques pas du centre culturel, tandis que la place de la Fraternité accueille une yourte en 2011 ou encore un camion-théâtre l’année suivante. Suite à l’ouverture d’une salle d’entraînement en journée, cette « maison » devient aussi un lieu à disposition de tout·e praticien·ne10. Que ce soit en tant que bénévoles ou en participant à des créations collectives, il·elle·s sont invité·e·s aux côtés des Courneuvien·ne·s à contribuer à la vie artistique et culturelle de ce lieu. La Maison des Jonglages se rapproche par ailleurs de l’Académie Fratellini pour organiser des temps de formation professionnelle ainsi que des initiations ciblant des praticien·ne·s amateur·e·s. Ainsi, en entamant une stratégie partenariale auprès de plusieurs acteurs contribuant au développement du champ du jonglage, elle endosse progressivement un rôle d’épicentre fédérateur qu’elle revendique aujourd’hui11.

Dès novembre 2008, sept créations en cours sont présentées sous le chapiteau du Cirque Binet, alors installé dans le XIXe arrondissement de Paris. Si des focus similaires nommés « Instants jonglés » sont présentés dans d’autres lieux à l’échelle métropolitaine (entre autres L’Hexagone, scène nationale de Meylan et La Renaissance à Mondeville — partenaire du festival Spring), on peut toutefois constater que cette activité vouée à accroître la visibilité professionnelle des projets de création jonglée est par la suite repensée et déployée en Ile-de-France. L’attribution du label de scène conventionnée d’intérêt national Art et Création « Jonglage(s) » instaure à partir de 2015 une direction à deux têtes relevant d’une convention tripartite entre la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France, le centre culturel Jean-Houdremont et la Maison des Jonglages. Cette étape remarquable de sa structuration se traduit en effet par l’octroi de crédits et de responsabilités qui lui permettent de défendre des ambitions d’une plus grande ampleur à l’échelle régionale. À cela s’ajoute sa collaboration avec des lieux franciliens dits « complices » pendant la Rencontre des Jonglages, qui accueille un nombre et une variété beaucoup plus importants de formes et de propositions : cinq lieux sont d’abord impliqués en 2016, puis dix l’année suivante ; à partir de 2018, le festival s’étend jusqu’en Seine-et-Marne12 et dure désormais un mois.

La mise en place de journées professionnelles pendant l’un des trois jours du « cœur » du festival — chaque année organisé à Houdremont et dans La Courneuve — est le fruit du soutien d’acteurs aux missions d’envergure nationale tels que HorsLesMurs13 en 2015, ou encore Territoires de Cirque et l’Office national de diffusion artistique dans le cadre d’une réunion territoriale en 2016. Si ces choix en matière de programmation donnent à penser le jonglage comme une des composantes du cirque14, la Maison des Jonglages reste toutefois considérée par les acteurs de cette filière comme un lieu dédié à un art à part entière. Depuis 2016, la Société des auteurs et compositeurs dramatiques décerne un prix d’encouragement à un·e auteur·ice de création jonglée15 dans le cadre de la Rencontre des Jonglages. De plus, étant donné que le jonglage peut être identifié ou du moins appréhendé dans des productions situées au carrefour de plusieurs champs artistiques, la programmation de ce festival se compose aussi d’œuvres16 et de partenaires relevant d’autres filières que celle du cirque17.

Si le rayonnement actuel de la Maison des Jonglages peut se mesurer au regard de son nombre croissant de compagnies et de spectateur·ice·s18, il lui reste encore certains enjeux de taille à relever, compte tenu de ses objectifs initiaux — et plus particulièrement sa mission première de « repérer les besoins, les qualités et les aspirations des jongleur[·se·]s et des jonglages »19. L’espace foncier francilien demeure un obstacle notoire en raison de sa rareté et de son coût de plus en plus importants qui ne permettent pas pour le moment à la direction et aux équipes accueillies d’occuper un lieu qui leur serait propre ; cette situation confirme justement le rôle déterminant du centre culturel Jean-Houdremont dès les premières années d’activité de la Maison des Jonglages. Par ailleurs plusieurs lieux et manifestations continuent eux aussi de se développer, ou voient le jour dans d’autres pays20 pour des raisons en partie similaires à celles mises en avant il y a une dizaine d’années par les cofondateurs de la Maison des Jonglages. Ces phénomènes polarisés sont toutefois suivis avec attention par une partie de la communauté de jongleur·se·s amateur·e·s et professionnel·le·s qui est remarquablement structurée sous la forme d’associations21. De tels défis et initiatives pourraient être pris en compte et analysés plus en détail pour prolonger nos réflexions sur la malléabilité et les limites des stratégies mises en œuvre par la Maison des Jonglages en Ile-de-France et au-delà de ce territoire.

  1.  La Maison des Jonglages est une association ayant pour principale mission d’assurer la production et la diffusion de projets de créations dites jonglées, c’est-à-dire se rapportant au jonglage en tant qu’art. Elle est également un lieu de pratique qui favorise la transmission de savoirs dans la cadre de stages et de publications mettant en valeur la pensée et la culture propres à cet art. []
  2. Se sont succédés à la direction Thomas Guérineau et Rémi Laroussinie (2008-2011), Stéphane Bou (2011-2014), Thomas Renaud (2014-2019) et enfin Vincent Berhault depuis 2020. On notera par ailleurs qu’une part représentative de jongleur·se·s siège au conseil d’administration de cette association. []
  3. Voir la rubrique « Historique » du site internet de la Maison des Jonglages, URL : http://maisondesjonglages.fr, consultée le 31 mai 2020. []
  4. En France, nous avons d’un côté le jongleur Jérôme Thomas qui assure de 1996 à 2001 la programmation du festival bi-annuel « Dans la jongle des villes » grâce au soutien du Théâtre 71, scène nationale de Malakoff ; de l’autre le festival « Jonglissimo » est créé par six jongleurs à Saint-Brice Courcelles à proximité de Reims en 1994. À ces derniers s’ajoute le « 531 Festival of New and Experimental Juggling », créé en 1999 à Helsinki par les jongleurs Maksim Komaro et Ville Walo. []
  5. Le sens du terme « convention » relève ici de l’une de ses acceptions en anglais, qui désigne un rassemblement de personnes partageant un intérêt similaire (le jonglage en l’occurrence). Les conventions de jonglage accueillent diverses manifestations (spectacles, workshops, jeux, compétitions, fêtes, parades, etc.) le temps de plusieurs jours en un même endroit. []
  6. Parmi les partenaires mentionnés dans une page détaillant l’évènement sur la plateforme de discussion en ligne Jongle.net, nous avons Le Samovar, Les Noctambules, Jonglissimo, La Guillotine, Le Pôle Transversal et La Générale en Manufacture. URL : http://www.jongle.net, consulté le 31 mai 2020. []
  7. « Les choix du “Monde” », Le Monde, 20-21 avril 2008. En plus de ses travaux au sujet du cirque entamés dans les années 1990 au sein du Département des études de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture, Jean-Michel Guy est reconnu entre autres pour ses analyses et critiques de l’actualité artistique et professionnelle de ce secteur. En témoignent également ses publications dédiées au jonglage, ainsi que ses diverses collaborations artistiques avec des compagnies et des jongleur·se·s tels que Philippe (aujourd’hui connu sous le nom de Phia) Ménard ou Nathan Israël, en tant que metteur en scène, dramaturge, regard extérieur ou interprète. []
  8. Implanté au cœur du quartier des 4000, le centre culturel Jean-Houdremont est un lieu de création et de diffusion ayant pour mission de créer « la rencontre » avec la population courneuvienne. Son action est en effet orientée depuis une vingtaine d’année vers l’accueil de compagnies qui assurent notamment des actions culturelles. Sa programmation pluridisciplinaire a été particulièrement enrichie d’œuvres de jonglage pendant cette dernière décennie, et compte aussi actuellement une part importante de spectacles dédiés au jeune public et aux familles. []
  9. Cette expression figure dans le préambule du programme de cette manifestation, dont un exemplaire est disponible au centre de ressources du Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne. []
  10. Jusqu’au début des années 2010, les autres espaces d’entraînement disponibles en Ile-de-France ou toute autre région sont temporairement investis par des jongleur·se·s, ou partagés avec d’autres usagers (notamment lorsqu’il s’agit de locaux appartenant à des collectivités). []
  11. Voir la rubrique « Missions », art. cit. []
  12.  Parmi les lieux « complices » des éditions de 2016 à 2020 : Carreau du Temple ; Coopérative de rue et de cirque – 2r2c ; Espace Renaudie ; Académie Fratellini ; Scène nationale de l’Essonne ; Mains d’œuvres ; Centre des monuments nationaux ; L’Embarcadère ; Théâtre Louis Aragon ; L’Atelier du Plateau ; Espace Lino Ventura ; Le Cyclop de Jean Tinguely ; la Maison du théâtre et de la danse d’Epinay-sur-Seine ; Le Plus Petit Cirque du Monde (en partenariat avec le Théâtre Firmin-Gémier/La Piscine, pôle national cirque d’Antony). []
  13. HorsLesMurs était le nom du Centre national des arts du cirque et de la rue jusqu’à sa fusion en 2015 avec le Centre national du théâtre. Aujourd’hui connu sous le nom d’ARTCENA, il organise notamment des tables rondes lors des journées professionnelles de la Rencontre des Jonglages. []
  14. Précisons que la Maison des Jonglages devient membre du réseau européen des arts du cirque et de rue (Circostrada) en 2014, ainsi que de l’association Territoires de Cirque en 2015. []
  15. Parmi les auteur·ice·s jongleur·se·s primé·e·s, nous avons Nathan Israel (2016), Johan Swartvagher (2017), Eric Longequel (2018), Neta Oren (2019) et Thomas Dequidt (2020). []
  16. Pour prendre l’exemple de scénographies urbaines qui se sont à chaque fois achevées sur la place de la Fraternité devant le centre Houdremont pendant le cœur du festival, nous avons en 2017 la performance monumentale de trente jours sans interruption en extérieur des artistes-menuisiers Boijeot-Renauld, ou encore en 2018 la performance collective Les Villes qui cartonnent d’Olivier Grossetête qui consistait à fabriquer, surélever puis détruire collectivement une construction en carton de quinze mètres de hauteur. []
  17. Le Mouffetard a par exemple organisé l’ouverture de la dixième Biennale internationale des arts de la marionnette en partenariat avec la Maison des Jonglages, qui clôturait la Rencontre des Jonglages au Carreau du Temple du 3 au 5 mai 2019, dans le cadre d’un temps fort intitulé « Second Square (Dé)sarticulé ». []
  18. La Maison des Jonglages reçoit désormais en résidence plus d’une cinquantaine de compagnies chaque année, tandis qu’à elle seule, la Rencontre des Jonglages attire plus de 13 000 festivalier·e·s lors de sa douzième édition en 2019 contre un millier en 2008. []
  19. Voir la rubrique « Missions » du site internet de la Maison des Jonglages, URL : http://maisondesjonglages.fr, consulté le 31 mai 2020. []
  20. On pense d’une part à des lieux de pratique récemment ouverts comme le Circus Studio de Rotterdam de la Tall Tales Company et le studio de jonglage et de danse Tasse de Yuri Yamamura au Japon (Morioka). D’autre part des espaces de pratique, de formation, de création et de diffusion sont désormais reconnus comme ceux progressivement occupés ces dernières années par l’équipe de Katapult à Berlin. Si ces lieux ne sont pas seulement dédiés aux jongleur·se·s, on peut toutefois souligner leur représentativité parmi leurs responsables, les artistes et les spectateur·ice·s accueilli·e·s. []
  21. Ces associations existent à toute échelle (locale, nationale, continentale, internationale) depuis au moins 1947 (date de la création de l’International Juggling Association), et sont parfois même dédiées à un objet de jonglage en particulier, à l’instar du diabolo. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search