La notion de territoire mise en perspective à travers l’étude de cas du Festival de clownes Esse Monte de Mulher Palhaça, Zed Cézard

Intervention de Zed Cézard

La proposition intitulée : “La notion de territoire mise en perspective à travers l’étude de cas du Festival de clownes Esse Monte de Mulher Palhaça” est une étude réalisée à partir de la 7ème édition du festival de femmes clownes qui a eu lieu en septembre 2018, à Rio de Janeiro. En se penchant sur ce cas particulier, il s’agit de constater comment l’espace intime se relie à l’activité artistique clownesque et comment cette dernière est impactée par la politique d’un pays, autrement dit, par le territoire en tant qu’espace géopolitique.

En tant qu’activité historique par laquelle les hommes organisent leur cité, la politique est intrinsèquement reliée à l’art, tout comme la notion de territoire, qui non seulement est l’espace où s’élaborent les systèmes politiques mais aussi les dimensions identitaires et culturelles. De fait, à l’inverse, les pratiques culturelles et artistiques comportent une dimension politique, ne serait-ce que par le fait qu’elles véhiculent, volontairement ou non, par dénonciation ou mimétisme, un certain nombre de luttes et d’inégalités de la société au sein de laquelle elles prennent forme.

Il existe donc des relations profondes entre le territoire géographique, la constitution sociopolitique de ce dernier et les pratiques artistiques qui le constituent. Elles sont évoquées dans le présent résumé à travers d’abord la situation politique du pays au sens premier du terme. Ensuite, les postures artistiques des clownes et leur lien avec le social sont expliquées. Enfin, il s’agit de regarder l’aspect politique des corps en cela qu’ils sont corps sociaux, autrement dit corps de femmes et donc signifiants sur la scène sociale.

 

Le territoire politique possède un impact direct sur les pratiques des clownes, notamment en raison des politiques financières et gouvernementales proposées.   Le contexte politique au Brésil n’a pas favorisé un développement uniforme et consistant du monde des clown.e.s, poussant le milieu à s’autonomiser le plus possible, comme ce fut le cas en Europe. Si depuis les années 70, les politiques culturelles de l’État ont tenté d’aider les projets artistiques à s’épanouir facilitant les financements privés, il demeure qu’avec les difficultés du pays et son contexte sexiste et patriarcal, les femmes qui investissaient le monde du clown ont dû se débrouiller seules. Aujourd’hui, le développement récent et massif de festivals dédiés aux femmes clownes au Brésil – une dizaine en quelques années, quasiment un par an – est un indicateur non seulement de la prise de parole des femmes à travers l’art du clown mais aussi de l’autonomie qu’elles s’y donnent. En effet, la création d’un festival est un moyen infaillible pour les clownes de s’assurer de faire partie de la programmation et de diffuser leur propos. Les dernières mesures du gouvernement fédéral, même si provisoires, qui tendent à extraire la culture du plan de développement stratégique du pays, reflètent une nouvelle direction politique et ne donnent que peu d’espoir quant au développement des conditions de travail et d’épanouissement des clownes.

 

Les clownes se sont donc organisées et parfois révoltées en fonction du territoire politique au sein duquel elles évoluent. Ce contexte sociopolitique appelle des aménagements organisationnels de leur part mais aussi des réactions et des réponses artistiques.

Le réseau d’entraide constitué pour leur survie autour de festivals est un exemple de sororité tel que prôné par les mouvements féministes américains dès les années 70, qui se définit comme un “rapport de similitude, de solidarité qui unit les femmes en tant que partageant pareillement la condition féminine”. La création d’un réseau est indispensable à la diffusion d’une pratique artistique et, par extension, à sa reconnaissance. Ici, il s’agit d’offrir visibilité et légitimité non seulement à la pratique clownesque mais aussi aux femmes, aujourd’hui majoritaires, qui font du clown. Cette nouvelle place des femmes dans le milieu amène à faire un lien direct avec le développement des prises de conscience des oppressions faites aux femmes partout dans le monde, autrement dit avec le féminisme qui s’entend ici, au sens large et pour reprendre les propos de Lamoureux et St-Gelais “comme l’ensemble du discours qui dénonce les conditions faites aux femmes dans la société patriarcale et qui cherche les moyens de transformation de ces conditions”1. Pour les organisatrices du festival, lorsqu’il s’agit d’énoncer les termes de la lutte des sexes que ça soit en proposant une inversion des rôles du gagnant et du perdant, en dénonçant le formatage des corps, en soulignant la complexité des rapports hommes / femmes ou l’importance du genre dans les rapports sociaux, il s’agit de féminisme. Questionner et troubler le système mis en place sur le territoire géopolitique est d’actualité pour ces clownes même s’il reste difficilement contournable en tant que tel.

 

Le territoire et ses composantes économiques, sociales et politiques pénètrent ainsi toutes les strates de la vie artistique des clownes qui possèdent dès lors comme dernier bastion d’action leur propre personne ; leur territoire intime.

Pour proposer d’autres alternatives à ce territoire, il faut d’abord prendre conscience des divers champs de son étendue. C’est ce qu’a fait récemment le féminisme en s’ouvrant à d’autres luttes pour devenir plus transversal, et tenir enfin compte de la diversité des réalités qu’englobait alors la notion de “femme”. À l’occasion du festival, les clownes présentées sont lesbiennes, queer, vieilles, grosses, maladroites, handicapées, agenres, démesuréments genrées, noires, non pas juste par ressort comique mais aussi parce qu’elles représentent les femmes qui sont derrière. Le racisme, le jeunisme, le capacitisme, l’hétéronormativité, la grossophobie, sont autant de terrains d’action que le féminisme et que ces clownes considèrent pour être efficaces aujourd’hui. Le quotidien, comme le corps, sont les lieux où les discriminations s’expriment car c’est là où elles sont le plus invisibles et invisibilisées dans le système social. C’est à travers leur vie et leur corps que les discriminations sont vécues mais aussi à travers leur corps qu’elles sont dénoncées ou mises à mal. C’est en cela que la pratique clownesque peut être politique au sens littéral et que les corps agissent en tant que territoires symboliques politiques. La lutte clownesque contre la grossophobie et les injonctions esthétiques prennent le simple aspect gaguesque de s’attraper le gras du ventre ou de constater en faisant la ballerine que ses seins bougent énormément. Si la majorité des sujets abordés sont relatifs au corps et au quotidien, c’est parce que les femmes y sont constamment reléguées. Il n’y a donc pas de sujet typiquement féminins mais en réalité des sujets féministes à proprement parler car ils sont soulevés en raison du fait qu’ils représentent l’oppression vécue et ce, que ce soit volontaire ou non. Il faudrait alors considérer que le plus petit territoire politique d’un territoire géographique serait celui du corps.

 

L’aspect militant intrinsèque des luttes des clownes, allant de leur condition d’existence et de survie aux propos et aux performances en tant que telles, permet non seulement d’avoir une action politique non négligeable, mais aussi de développer des propositions de contre-pouvoir révolutionnaires, car réalisées à travers une pratique artistique qui est basée sur l’irrévérence. En proposant de revisiter le lien entre clownes et politique au Brésil, c’est la notion de territoire qui y est redéfinie ou tout du moins questionnée. Le territoire géographique apparaît alors comme un territoire politique et social qui prend effet et est détourné en même temps à travers les pratiques artistiques qui le constituent. Le territoire est au final une notion qui traverse l’univers des clownes au Brésil qu’il s’agisse de leur organisation, de leur choix artistique ou de leur propos politique, faisant de la pratique clownesque une pratique militante.

  1. LAMOUREUX Ève, ST-GELAIS Thérèse (Textes réunis par). Recherches Féministes, vol°27, n°2. Où en sommes-nous avec le féminisme en art ? Université Laval : GREMF, 2014, 285 p., p. 8. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search