Créer et faire vivre un espace de convivialité au Galway Community Circus : Une recherche de praticienne en cirque social, Léana Valentini

Photo par Léana Valentini

Intervention de Léana Valentini

Léana Valentini est diplômée du Master-recherche, Éducation Tout au Long de la Vie (ETLV) de l’université Paris 8, rattaché au laboratoire Experice, qui a pour vocation d’explorer le domaine de l’éducation hors cadre scolaire ou informelle. C’est dans ce cadre qu’elle a effectué un stage avec l’association Caravan, réseau européen d’écoles de cirque promouvant le cirque social. Elle y a découvert une pratique du cirque, épousant son désir de lier l’éducatif et l’art dans l’horizon d’une transformation sociale. Elle est aujourd’hui intervenante de cirque de jeunesse et de cirque social, et chercheuse en cirque. Elle souhaite contribuer à développer une épistémologie et une méthodologie de recherche située et engagée1, qui lie théorie et pratique2.

Mes domaines de recherche s’axent autour du cirque social de jeunesse et de la transformation sociale. Le cirque, là où je l’ai rencontré, a fortement éveillé mon intérêt de chercheuse : d’abord dans sa dimension éducative, c’est à dire par sa capacité à créer un espace d’éducation innovant qui pourrait informer les institutions éducatives en général ; puis, par sa potentialité à donner un nouveau souffle à l’art social par ses pratiques pédagogiques novatrices et transversales, démocratisant le domaine de l’art ; enfin, par son cadre éthique à la fois artistique et social qui cherche à reconnaître la singularité et la créativité de chacun de ses pratiquants tout en s’appuyant sur le travail du collectif. 

Depuis les années 70, le cirque comme outil au service de la société a été étudié sous différentes formes et dans divers lieux. Reg Bolton, un chercheur pionnier, par son expérience dans diverses écoles en Europe et en Australie, a montré que le cirque de par ses qualités intrinsèques participait significativement au développement de l’enfant3. Par ailleurs le cirque est aussi envisagé et utilisé comme un outil d’intervention et d’action sociale. C’est une vision à laquelle Cirque du Monde, un programme du cirque du Soleil créé en 1995, a grandement contribué en élaborant un cadre de pratique du cirque social4 et, le définissant par là-même. Dans cette perspective, des recherches s’attachent à expliciter comment cet art dans certains lieux d’apprentissage répond à des enjeux sociaux et politiques5. Dans une recherche conduite en Équateur, une équipe de chercheur.res s’est intéressée à la manière dont le cirque se fait outil d’une politique révolutionnaire d’état, le « Buen Vivir »6. D’autres équipes de chercheur.res dans différents pays ont étudié de manière plus détaillée les bienfaits de la pratique du cirque pour l’enfant ; par le bien-être qu’elle procure7, le sens de la communauté qu’elle entretient8 ou la confiance qu’elle établit9… La recherche que je vais présenter contribue à enrichir nos connaissances sur comment une école de cirque amateur crée des espaces sociaux transformatifs par l’éthique et la pédagogie du cirque social. Elle a donné lieu au mémoire de fin d’études intitulé «  Créer et faire vivre un espace de convivialité, Théories et pratiques d’apprentissage au Galway Community Circus » dirigé par Pascal Nicolas-Le Strat et présenté en Septembre 2019.

Le Galway Community Circus (GCC), dans lequel j’ai effectué un stage de Septembre 2018 à Mars 2019 en tant qu’enseignante de cirque et assistante pédagogique, a constitué le terrain de ma recherche sur le cirque social de jeunesse. L’école se trouve à Galway sur la côte ouest irlandaise. Elle propose des cours de cirque à des enfants et adultes amateurs depuis 2002. Elle accueille aujourd’hui 600 membres hebdomadaires toutes activités confondues. Cette recherche s’est attachée à explorer l’espace social créé par les théories et pratiques d’apprentissage du cirque au Galway Community Circus. L’espace social est défini comme l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés. 

Dans cet écrit de recherche, j’ai d’abord défini quelles attaches historiques et symboliques GCC avait avec diverses conceptions du cirque. J’ai trouvé que l’école puisait ses références culturelles et symboliques dans le cirque traditionnel, son intérêt pour l’esthétique et la recherche artistique dans le nouveau cirque et son cadre éthique et pédagogique dans le cirque social. J’ai ainsi déterminé dans quelle généalogie historique et quel paysage contemporain GCC se situe. Puis, j’ai étudié plus en détail le projet et la théorie pédagogique de l’école. GCC explicite dans son projet la capacité de la pratique du cirque à développer des compétences personnelles et relationnelles ainsi qu’à contribuer à l’inclusion et l’engagement social de ses membres. Ma recherche s’est plus particulièrement attachée à explorer la capacité de l’école à participer à une transformation sociale, c’est à dire à créer et développer un nouveau paradigme dans les rapports sociaux au sein de son espace social.

Les résultats de cette recherche s’appuient sur une expérience d’immersion au sein de l’école qui a donné suite à des écrits réflexifs d’expériences vécues, à des analyses de moments observés ou auxquels je participais ainsi qu’à des dispositifs de recherche plus formels tels que des entretiens avec la directrice, l’équipe pédagogique et certains de ses membres. Les données de la recherche ont donc été collectées en alliant ethnographie et dispositifs qualitatifs, s’inspirant de méthodologies de recherche développées pour des terrains d’expérimentation sociale10.

Pour analyser ces données sous l’angle de la transformation sociale, j’ai fait le parallèle entre l’outil cirque social, le cirque envisagé comme un moyen pour atteindre des objectifs sociaux et l’outil convivial, concept développé par Ivan Illich11. La convivialité est un concept idéal-typique qui explore les conditions du dépassement de l’ère industrielle et de l’aliénation de l’homme par l’outil de production en créant un nouveau rapport social à ce dernier. L’outil convivial participerait à assurer la survie, l’équité et l’autonomie créatrice de ses usagers. Ce concept permet de penser le cirque comme un outil de création collective d’un espace qui fait porter attention à la qualité des rapports sociaux et des subjectivités créées en son sein. J’ai analysé les théories et les pratiques d’apprentissage à GCC au-delà du cadre théorique auquel elle se rattache en répondant à la question « en quoi et comment la culture et la pratique des arts du cirque à GCC contribue à créer et faire vivre un espace convivial ? »

Cette qualité conviviale, potentialité du projet pédagogique de l’école, fut observée dans le discours des enseignants de cirque de l’école. J’ai été chargée pendant mon stage de rédiger le curriculum de l’école (un programme pédagogique par classe d’âge) détaillant les compétences sociales, personnelles, et artistiques cherchant à être transmises. J’ai effectué dans ce cadre des entretiens avec l’équipe pédagogique par lesquels ses membres ont formalisé des principes éthiques en accord avec une éducation à la convivialité. Dans La convivialité, Ivan Illich nous rappelle que les conditions d’enseignement peuvent avoir autant d’impact que l’enseignement lui-même. GCC a fait sienne cette proposition éducative, en appliquant un cadre d’enseignement qui prend en compte les apprentissages informels sociaux et personnels. Cependant cette formalisation, dépendant de sa future mise en pratique pédagogique par l’école de cirque, pourrait à l’inverse participer à un contrôle accru de l’expérience des membres et de leur personnalité, remettant en cause les principes de la convivialité. 

Finalement j’ai étudié le potentiel convivial de cet espace par l’intermédiaire d’entretiens avec six membres du cirque qui ont entre 18 et 25 ans, en les questionnant sur des situations vécues en son sein. J’ai en effet pu remarquer que les références culturelles et les pratiques pédagogiques de ce lieu participent à la création d’un espace social particulier. Les jeunes le décrivent comme un espace refuge où ils·elles peuvent s’exprimer librement et dévoiler leurs vulnérabilités. Ils·elles expérimentent au sein de l’école un rapport personnel à l’apprentissage et au savoir issu de l’erreur et de l’échange. Ils·elles y créent des relations sociales fondées sur un principe d’amitié, qui vient réguler les rapports humains et les activités. L’ensemble de ces éléments participent à y créer un espace convivial. 

Cependant cet espace social a été analysé sans prendre en compte les conditions de vie sociale et matérielle de ses membres. Je l’ai étudié en espace hétérotopique, c’est à dire comme un lieu à l’intérieur d’une société qui obéit à des règles qui lui sont propres. Cette recherche succinctement présentée ne permet pas d’évaluer si une transformation sociale est opérée à l’extérieur de l’école de cirque et quelle est la transférabilité de ce paradigme convivial.

Suite à la rédaction de cette recherche et l’obtention de mon diplôme de Master en sciences de l’éducation, j’ai décidé de continuer à me former et à enseigner au Galway Community Circus. Je me suis alors posée la question de la traduction, au sens du partage, de cette recherche. Je considère comme une question centrale de la recherche la manière dont ses savoirs sont disséminés et qui est en capacité de se les approprier. Dans cette optique j’ai pour projet de réaliser une bande dessinée en collaboration avec une de mes anciennes collègues, donnant à voir les résultats de cette recherche afin de les rendre appropriables par les membres participants du cirque. 

La journée d’échanges entre jeunes chercheurs.res organisée par le Collectif de Chercheurs.es sur le cirque a été l’occasion d’en trouver une traduction pour les pairs et ainsi approfondir la compréhension de ce travail ainsi que sa contribution au secteur de la recherche en cirque. Cette journée m’a aussi permis d’élargir ma conception de la recherche en cirque, et d’amorcer des liens avec d’autres jeunes chercheurs pouvant donner lieu à de potentielles collaborations.

Bibliographie

  • Bailly B., Heranzas ou la création d’une école de cirque pour, avec et par les enfants et les jeunes de Cali, Colombie. Une histoire d’héritages, d’inventions et d’errances, Thèse de doctorat en Sociologie, Université Paris 1, Paris, 2007.
  • Beth Spiegel J. et Choukroun O. (dir.)., The art of collectivity, Social circus and the cultural politics of a post-neoliberal vision, McGill-Queen’s university Press, 2019.
  • Bolton R., Why Circus Works ; How the values and structures of circus make it a significant developmental experience for young people, Thèse de doctorat en Philosophie, Perth, Murdoch University, 2004.
  • Bouchard A. et Lafortune M., Guide de l’intervenant social : Des leçons de cirque aux leçons de vie, Éditions Cirque du soleil, 2010.
  • Cadwell S. J., « Falling together: an examination of trust-building in youth and social circus training », in Dance and Performance Training, Dublin, 2018.
  • Da Silva Rodriguez Avrillon H., Le cirque social du rire aux larmes. Espace de médiation et de reconfigurations identitaires et artistiques aux Etats-Unis et au Brésil, Thèse de doctorat en Sociologie et Anthropologie, Université Lumière Lyon 2, 2011.
  • Effective circus project, « They’re smiling from ear to ear ». Wellbeing effects from social circus, Centre for practise as research in theatre, University of Tampere, Finland, 2014.
  • Ginot I., « Inventer le métier », in Recherches en danse, mis en ligne le 01 janvier 2014, En ligne
  • Illich I., La convivialité, Paris, Seuil, 2014 [1e édition française : 1973].
  • Nicolas-Le Strat P., Quand la sociologie entre dans l’action, Rennes, Éditions du commun, 2018.
  • Nicolas-Le Strat P. , Le travail du commun, Rennes, Éditions du commun, 2017.
  • Trotman R. (dir.), , Building Character and Community, Community Circus, A literature review, New Zealand, 2012.
  1. Nicolas-Le Strat P., Quand la sociologie entre dans l’action, Rennes, Éditions du commun, 2018. []
  2. Ginot I., « Inventer le métier », in Recherches en danse, mis en ligne le 01 janvier 2014, En ligne []
  3. Bolton R., Why Circus Works ; How the values and structures of circus make it a significant developmental experience for young people, Thèse de doctorat en Philosophie, Perth, Murdoch University, 2004. []
  4. Bouchard A. et Lafortune M., Guide de l’intervenant social : Des leçons de cirque aux leçons de vie, Éditions Cirque du soleil, 2010. []
  5. Bailly B., Heranzas ou la création d’une école de cirque pour, avec et par les enfants et les jeunes de Cali, Colombie. Une histoire d’héritages, d’inventions et d’errances, Thèse de doctorat en Sociologie, Université Paris 1, Paris, 2007.

    Da Silva Rodriguez Avrillon H., Le cirque social du rire aux larmes. Espace de médiation et de reconfigurations identitaires et artistiques aux Etats-Unis et au Brésil, Thèse de doctorat en Sociologie et Anthropologie, Université Lumière Lyon 2, 2011. []

  6. Beth Spiegel J. et Choukroun O. (dir.)., The art of collectivity, Social circus and the cultural politics of a post-neoliberal vision, McGill-Queen’s university Press, 2019. []
  7. Effective circus project, « They’re smiling from ear to ear ». Wellbeing effects from social circus, Centre for practise as research in theatre, University of Tampere, Finland, 2014. []
  8. Trotman R. (dir.), , Building Character and Community, Community Circus, A literature review, New Zealand, 2012. []
  9. Cadwell S. J., « Falling together: an examination of trust-building in youth and social circus training », in Dance and Performance Training, Dublin, 2018. []
  10. Nicolas-Le Strat, 2018 []
  11. Illich I., La convivialité, Paris, Seuil, 2014 [1e édition française : 1973]. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
CCCirque (6 mai 2021). Créer et faire vivre un espace de convivialité au Galway Community Circus : Une recherche de praticienne en cirque social, Léana Valentini. Le carnet du CCCirque. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mb5u


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search