Le cirque alternatif à Montréal comme espace de la pensée hors norme : une expression artistique de la pensée queer, Mathilde Perahia

photo de Mathilde Perahia

Intervention de Mathilde Perahia

Mathide Perahia est candidate au doctorat en Humanités à l’université Concordia. Elle étudie les performances d’artistes de cirque montréalais à la marge du milieu, comme des espaces de représentations de la pensée queer. Avant sa recherche Mathilde a passé plusieurs mois en tant qu’instructrice de cirque social en Argentine, au Cambodge et au Népal. C’est en partie de sa rencontre avec les programmes et communautés du cirque social que son intérêt pour les pratiques alternatives de cirque est né. 

Contexte

Montréal se présente dans les médias et auprès du grand public comme la capitale mondiale des arts du cirque. Le niveau de formation de l’École Nationale de Cirque de Montréal, le succès immense du Cirque du Soleil, dont l’esthétique est devenue à la fois source d’inspiration et de résistance dans un grand nombre de pays du monde, ainsi que la reconnaissance internationale de nombreuses autres compagnies québécoises, font du Québec le lieu d’une nouvelle ère du cirque1. Or, ce que Leroux2 nomme « Quebec’s “Big Three” »3 ont opté pour un modèle commercial de l’économie de l’expérience, dans l’industrie du divertissement. Montréal est aujourd’hui « un symbole économique et culturel d’un mariage réussi entre créativité et, oui, entreprenariat »4. Le type de développement du cirque québécois s’est accompagné d’une réduction du risque artistique, et a mené à une certaine convergence des visions et une complaisance esthétique. Pour répondre aux exigences de l’internationalisation des productions, il a fallu développer une esthétique adaptable à une culture « globale » et donc relativement neutre5. Les spectacles renvoient à ce que Karen Fricker nomme « purposeful cultural blankness »6 et montrent un corps qui ne laisse rien au hasard et qui doit obéir aux injonctions de l’entreprise pour être le plus utile et le plus servile possible. Particulièrement, les corps sont modelés par un sensationnalisme  qui valorise la productivité dans une sorte de retour sur investissement effort / effet. Les images et les codes présentés sont généralement consensuels, la proposition claire, et la promesse tenue laisse le public dans une posture qui l’engage peu dans sa manière de recevoir le spectacle. Un cirque efficace qui est le miroir d’un monde de polarités extrêmes. À l’intérieur de cette industrie du cirque, quelle place est laissée aux explorateur·trices, aux marginaux·ales, aux autodidactes, aux tardif·ve·s, aux curieux·ses ?

La possibilité d’un « autre » cirque ?

Moins exposé·e·s dans les feux des projecteurs et des agendas culturels, certain·e·s artistes n’adhèrent pas aux pratiques et aux valeurs du cirque institutionnalisé et dominant que je viens de présenter. Ils·elles se revendiquent d’un cirque politiquement et éthiquement engagé7, ou s’attèlent à interroger la nature du cirque et ses frontières, remettent en question la forme qui leur a été imposée jusqu’ici, tentent d’étirer ses contours, de proposer d’autres discours, d’autres formats, d’autres expériences de performance. Ensemble, ce cirque que je nomme, dans l’attente d’un terme meilleur, « cirque alternatif » car il se situe en marge de l’institution, ne se structure pas comme une entité homogène et en totale cohésion mais il est constitué d’une multitude de petites communautés, aux frontières plus ou moins poreuses selon les moments et les événements. Il est composé d’approches variées, forme une écologie du cirque complexe et interconnectée et il a émergé en réaction mais aussi aux côtés du circuit plus professionnel et commercial que je viens de décrire.

En juillet 2017, certain·e·s des professionnel·le·s et des praticien·ne·s engagé·e·s dans un désir de diversifier le cirque québécois se sont réuni·e·s lors de l’événement Cirque OFF. La rencontre était initiée par quatre femmes organisées en collectif pour l’occasion. Pendant trois jours se sont tenus des échanges et discussions en vue de l’écriture d’un manifeste pour un art circassien plus libre, inclusif, hétéroclite et interdisciplinaire. Un cirque qui puisse s’affranchir des codes sociaux et esthétiques du milieu et où la performance, qu’elle soit physique ou économique, ne soit pas au cœur de la création. La démarche de ces rencontres visait à voir émerger de la communauté des voix en leur donnant à chacune un écho égal. Le Forum ouvert8,une méthodologie de structuration démocratique de discussions a été employée et facilitée par une médiatrice. Il était question de pluralité de manières de créer, de reconnaissance des propositions artistiques circassiennes marginales, de lutte contre l’autocensure de l’artiste de cirque, procédé qui renforce le stéréotype, ou encore de mettre en avant la vulnérabilité du corps circassien, et non pas seulement le côté super-héros. Si, aujourd’hui, le manifeste Cirque OFF reste à l’état embryonnaire, c’était bien le signe du réveil d’un mouvement et d’un désir de l’assumer comme tel. Deux des instigatrices principales de Cirque OFF, Eliane Bonin et Andréane Leclerc, dont les visions se font écho autant qu’elles divergent, sont deux artistes majeures de la scène « alternative » montréalaise, fondatrices et directrices artistiques des compagnies Productions Carmagnole et Nadère Arts Vivants. Elles font l’objet de ma recherche. Je situe ma recherche dans l’espace de la performance, où la performance englobe non seulement l’œuvre mais aussi les conditions de sa présentation et de sa réception, le moment, l’espace, les échanges. M’inspirant des théories de Schechner pour qui la performance est à la fois « action, interaction, and relation »9, j’étudie les représentations de ces deux compagnies, entre mars 2019 et juin 2020, selon leurs calendriers de diffusion. En plus d’observations des performances, j’interviewe les créateur·trice·s et interprètes de chacune des performances observées, ainsi qu’environ cinq membres du public de chaque représentation. Mon analyse prendra la forme de deux études de cas. Je m’intéresse dans ces performances aux représentations de l’altérité, l’espace flou qui se situe en dehors de la norme instituée dans le milieu circassien. Je fais l’hypothèse que les deux cas que j’étudie ici sont suffisamment proches et différents à la fois pour permettre de recueillir des données de terrain riches et diversifiées qui pourront donner une idée générale du phénomène à l’œuvre.

Premières analyses

J’ai rapproché la notion d’altérité de celle du queer dans la mesure où le queer existe dans sa capacité à créer un espace en dehors de la norme – politique, sociale et institutionnelle – qui permet d’imaginer un paradigme social autre10 où le terme de « production » représente l’engagement dans le système productif c’est-à-dire la création de valeur telle qu’elle est reconnue aujourd’hui, principalement financière, et « reproduction » le fait de reproduire un modèle dont on a hérité, de transmettre et construire une situation pérenne, figée, dont les catégories sont relativement stables et prévisibles. Ensuite, j’ai emprunté les notions de traversée, de spectre et de frontières à Paul B. Preciado11 comme d’un « horizon »12, qui n’est pas une limite, une fin en soi mais plutôt une chose qui n’est pas encore là et vers laquelle tendre. Un acte conscient et consenti vers l’ailleurs, le « not yet here ».

Les premières données du terrain mettent l’accent sur l’interdisciplinarité, le brouillage des codes et des repères habituels du cirque québécois. L’orientation vise à mettre l’échec, ou le refus d’accomplir, au centre de la création. Dans une approche très performative, ce sont les étapes de cette dernière qui sont mises en avant, insistant sur les mouvements de transitions plutôt que sur les figures de cirque à proprement parler. Sur le processus plutôt que le résultat, la création comme œuvre aboutie et bouclée. Dans le cabaret Préliminaires Apocalyptiques de Carmagnole datant du 16 mars 2019, un jeune acrobate propose une performance non-acrobatique qu’il appelle son « essai », dans laquelle aucune de ses tentatives n’aboutit. D’échec en échec ce qui l’intéresse est de suivre des « états » d’être et de corps qui feront naître des mouvements qui ne sont justement pas générateurs de formes. Il s’oppose aux codes usuels de l’acrobatie en ne cherchant pas la production de configurations esthétiques reconnaissables et se dégageant de tout formalisme. Le numéro n’est pas écrit à l’avance mais improvisé selon ce par quoi l’artiste se sent traversé pendant la représentation. Il ressort aussi du terrain une opposition certaine à une promesse faite au public et tenue, au prévisible, et à la notion d’efficacité. On y explore l’échelle du beau, de l’agréable, du réussi. Un cirque qui insiste sur le désapprentissage, sur l’expérientiel, la sensation et l’engagement du spectateur·trice. Toutefois ce cirque reste intimement connecté au milieu institué avec lequel il cohabite, entre opposition et collaboration. C’est donc un cirque hybride, cohabitant avec les paradoxes, naviguant au sein d’ambiguïtés et c’est ce qui lui donne une place singulière dans le paysage artistique.  

Finalement entre contestation et adaptation, marginalité et insertion, tradition et avant-gardisme, maîtrise et déséquilibre, il occupe un territoire mouvant et flou qui trouble et désoriente ; il existe justement dans son incapacité et impossibilité à s’identifier tout en étant tout de même capable de se reconnaître. Mais surtout, il semble bien exister comme pensée non binaire d’un monde, comme spectre de variations possibles et de traversée des frontières. Cela m’a rappelé la pensée métisse de Gruzinski13 qui précise que l’esprit humain a justement du mal à penser le mélange, à concevoir l’entre-deux mondes, les espaces intermédiaires. Il cherche des repères stables, fixes alors que la nature est « désespérément complexe, floue, changeante, fluctuante, toujours en mouvement »14. Ce cirque ouvrirait donc un espace intermédiaire qui sort des catégories de pensée traditionnelle. Aussi, suite à ces premiers résultats, ai-je décidé d’aller puiser dans d’autres théories qui me semblent entrer en résonance, pour compléter l’analyse de ces performances de cirque. Il me semble que ces dernières me permettront de formuler une pensée conceptuelle plus large à partir de ce qui émerge de ce cirque. J’aimerais solliciter  la théorie Bergsonienne du changement, celle des espaces lisses et des espaces striés de Deleuze et Guattari15 et la pensée métisse de Gruzinski16. Il s’agit d’un revirement méthodologique pour lequel il semble que j’aurais besoin de reformuler des hypothèses voire d’intégrer un nouveau terrain pour les tester et donc finalement de revoir en partie l’écriture de la thèse. 

Bibliographie

  • Deleuze G., Guattari F. , « Espace lisses et espaces striés », Mille Plateaux: Capitalisme et schizophrénie, Paris, Editions de Minuit, 1998.
  • Fricker K., « Le goût du risque: KÀ de Robert Lepage et du Cirque du Soleil », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, 2009, n°45, p.  45-68.
  • Fricker K., Malouin H.,  « Introduction », Performance Matters, 2018, n°4, 1–2, p. 1-18 
  • Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard/Pluriel, 1998.
  • Halberstam J., The queer art of failure, Durham, Duke University Press, 2011.
  • Jacob P.,, « The Québécois circus in the concert of nations: exchange and transversality », in Leroux L. P. et Batson C. (dir.), Cirque Global Quebec’s expanding circus boundaries Montréal, McGill Queen’s University Press, p. 25-35.
  • Leclerc A., Entre contorsion et écriture scénique: La prouesse comme technique évocatrice de sens (Mémoire de maîtrise), Montréal, UQAM, 2013.
  • Leroux L. P., “Contemporary Circus Research in Quebec: Building and Negotiating and emerging Interdisciplinary Field”, Theatre Research in Canada / Recherches Théâtrales au Canada, 2014, n°35(2), p. 263-279 
  • Leroux L. P. et Batson Cirque Global: Quebec’s Expanding Circus Boundaries, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2016.
  • Munoz J. E.,  Cruising Utopia: The Then and There of Queer Futurity, New York, New York University Press, 2009.
  • Spiegel J., « Singular Bodies, collective dreams: socially engaged circus arts in the ‘’Quebec spring’’», in Leroux L. P. et Batson C. (dir.) Cirque Global Quebec’s expanding circus boundaries, Montréal, McGill Queen’s University Press, 2016, p. 266-283.
  • Preciado P. B., « Le corps est la chose la plus politique qui soit », in Richeux M., Émission radiophonique Par les temps qui courent, France Culture, Paris.  https://www.franceculture.fr/emissions/par-les-temps-qui-courent/paul-b-preciado
  1. Jacob P.,, « The Québécois circus in the concert of nations: exchange and transversality », in Leroux L. P. et Batson C. (dir.), Cirque Global Quebec’s expanding circus boundaries Montréal, McGill Queen’s University Press, 2016, p. 25-35. []
  2. Leroux L. P. et Batson Cirque Global: Quebec’s Expanding Circus Boundaries, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2016, p. 54 []
  3. Cirque du Soleil, Cirque Éloize, Les 7 doigts de la main []
  4. Ibid, p. 3 []
  5. Fricker K., « Le goût du risque: KÀ de Robert Lepage et du Cirque du Soleil », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, 2009, n°45, p.  45-68. []
  6. Ibid, p. 130 []
  7. Spiegel J., « Singular Bodies, collective dreams: socially engaged circus arts in the ‘’Quebec spring’’», in Leroux L. P. et Batson C. (dir.) Cirque Global Quebec’s expanding circus boundaries, Montréal, McGill Queen’s University Press, 2016, p. 266-283. []
  8. Les participant.e. s sont invité.e.s à travailler ensemble sur des thématiques qui ont été décidées au moment de l’ordre du jour par les participant.e.s au démarrage du Forum Ouvert. Les utilisateurs donnent ainsi leurs propres sujets en plénière et forment des groupes de travail pour chaque thème abordé dans lesquels les projets vont être élaborés. []
  9. Schechner 2006, p. 30 []
  10. Halberstam J., The queer art of failure, Durham, Duke University Press, 2011.)). J’ai identifié des éléments des théories queer sur la base desquels j’ai construit mes grilles d’observation et mes guides d’entrevues dans le but de montrer que ces nouvelles formes performatives portent une nouvelle vision du social. En premier lieu il s’agit du principe de non-production / non-reproduction tel que présenté par Halberstam ((Ibid []
  11. Preciado P. B., « Le corps est la chose la plus politique qui soit », in Richeux M., Émission radiophonique Par les temps qui courent, France Culture, Paris.  https://www.franceculture.fr/emissions/par-les-temps-qui-courent/paul-b-preciado)) qui remet en question l’organisation binaire du monde selon une vision hétéro-normative. Et enfin je fais appel au concept d’utopie décrit par Muñoz ((2005 []
  12. Munoz J. E.,  Cruising Utopia: The Then and There of Queer Futurity, New York, New York University Press, 2009, p. 11 []
  13. Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard/Pluriel, 1998 []
  14. Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard/Pluriel, 1998, p. 54 []
  15. Deleuze G., Guattari F. , « Espace lisses et espaces striés », Mille Plateaux: Capitalisme et schizophrénie, Paris, Editions de Minuit, 1998. []
  16. Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard/Pluriel, 1998 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
CCCirque (6 mai 2021). Le cirque alternatif à Montréal comme espace de la pensée hors norme : une expression artistique de la pensée queer, Mathilde Perahia. Le carnet du CCCirque. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mb5v


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search