Le renouveau des arts du cirque au Chili, du romantisme à l’émergence d’une éthique du cirque, Aurore Dupuy

Intervention d’Aurore Dupuy

Dans le cadre de son doctorat en socio-anthropologie à l’Université Paris-Est, Aurore Dupuy étudie le renouveau du cirque au Chili dans ses articulations avec le politique, question brûlante dans le contexte post-dictatorial où il s’épanouit. Elle a d’abord connu l’espace sud-américain en tant que professionnelle du cirque, après avoir fondé un duo franco-argentin à sa sortie de l’ENACR. Après son retour en France, elle entreprend une licence en Anthropologie à l’Université de Nanterre, puis suit le master « Genre, Politique et Sexualité » de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, tout en enseignant les arts du cirque. Elle initie alors un travail autour des croisements entre émotions et politiques dans la construction des subjectivités, qu’elle décide de transférer au domaine du cirque dans son projet doctoral.

Retour historique : l’éclosion d’un mouvement

L’histoire du renouveau du cirque au Chili commence au milieu des années 1990, peu après la fin de la dictature militaire menée par Augusto Pinochet (1973-1990), avec l’éclosion, à l’inspiration de comédiens revenus de France au début des années 1990, du mouvement de cirque de rue du « Parque Forestal », qui entend réinvestir un espace publique jusque-là confisqué par le pouvoir militaire. En 1995 ensuite, le Cirque du Soleil implante à Santiago un programme de cirque social qui devient la première école de cirque du pays. Le cirque chilien se développe depuis tant du côté de la pédagogie à visée sociale que des pratiques de rue et d’un cirque en salle, qui bénéficie de création de politiques publiques pour le cirque depuis dix ans.

L’ethnographie pour une socio-histoire du mouvement circassien chilien

Cette recherche s’appuie sur un travail ethnographique, mené dans les espaces du cirque chilien pendant 10 mois, comprenant le visionnage d’une trentaine de spectacles et le recueil de 80 récits biographiques. L’ensemble est analysé sous le jour des articulations entre esthétiques, politiques et éthiques. Deux hypothèses guident l’analyse : la première est que le cirque chilien met en jeu des politiques de l’esthétique et qu’il produit des esthétisations du politique1. La seconde est qu’il est traversé par différentes postures critiques qui questionnent, en pratique, les articulations entre démocratie et capitalisme marquant localement le régime néolibéral de « Transition Démocratique », et les hiérarchies globales avec lesquelles le cirque chilien doit composer depuis une position subalterne.

Posture romantique et éthique de l’allégresse chez les pionniers

Nous proposons ici de mettre en lumière les postures et éthiques des pionniers du cirque chilien à travers l’analyse de la trajectoire subjective2 de l’un d’eux : une posture de révolte contre la modernité capitaliste renvoyant au romantisme selon Löwy et Sayre3 propres aux cercles de rue permettent de renouer ensemble une communauté populaire atomisée par 20 ans de dictature4. Ces pionniers dénoncent ainsi par leur engagement circassien le « désenchantement du monde », « l’abstraction rationaliste » et à la « dissolution des liens sociaux » propres à la modernité capitaliste5.

Notre récit biographique fait aussi ressortir ce que nous appelons une « éthique pionnière de l’allégresse » : les pratiques circassiennes, où la joie et le plaisir sont à la fois les moyens et les fins d’une vie « heureuse », choisie et autonome, apparaissent en effet comme des techniques de soi6, ou plutôt, de reconstruction de soi, après une enfance vécue en dictature.

L’inflexion de l’allégresse

La fin de notre récit dénote un glissement vers un cirque moins marqué par la fulgurance et la jouissance, où les spectacles sont fondés sur des temps plus long de « création » et des « contenus » devant apporter de la « profondeur ». Cette transformation correspond d’un côté au développement, chez les nouvelles générations, d’un « cirque de création » soutenu par l’émergence de politiques du cirque au Chili. Elle témoigne d’un autre côté de l’inflexion éthique qu’a connue le cirque des pionniers, marquée par les déceptions d’un retour démocratique où la joie (« alegria ») promise par les campagnes pro-démocrates de 1989 n’était jamais venue, et dont témoigne le mouvement de protestation citoyenne massif de 2019. Bien que critiqué dès leurs débuts par les pionniers, ce régime n’avait, aux moments de leurs débuts, pas encore asphyxié les espoirs libertaires et de changements sociaux éveillés par la fin de la dictature, à l’origine de l’éthique de l’allégresse ici mise au jour.

Bibliographie

  • Araujo, K., & Martuccelli, D. (2013). Individu et néolibéralisme : Réflexions à partir de l’ expérience chilienne. Problèmes d’Amérique latine, 88(1), 125. https://doi.org/10.3917/pal.088.0123
  • Dubar, C. (1998). Trajectoires sociales et formes identitaires. Clarifications conceptuelles et méthodologiques. Sociétés contemporaines, 29(1), 73‑85. https://doi.org/10.3406/socco.1998.1842
  • Foucault, M. (1994). Histoire de la sexualité, tome I : La volonté de savoir. Gallimard.
  • Harcha, A. C. (2017). Prácticas de teatralidad en Chile a partir del trabajo de Andrés Pérez Araya / Ana Harcha Cortés. Editorial Universitaria.
  • Löwy, M., & Sayre, R. (1992). Révolte et mélancolie : Le romantisme à contre-courant de la modernité. Payot.
  • Pinto, G. & Salazar Julio. (1999). Historia contemporánea de Chile, Vol. 1. Estado, Legitimidad y Ciudadanía (2a ed.). https://www.digitaliapublishing.com/a/18296/historia-contemporanea-de-chile–vol.-1.-estado–legitimidad-y-ciudadania–2–ed.-
  • Rancière, J. (2000). La partage du sensible : Esthétique et politique. La fabrique éditions.
  • Sizorn, M. (2013). Trapézistes : Ethnosociologie d’un cirque en mouvement. PU Rennes.
  1. Rancière, J. (2000). La partage du sensible : Esthétique et politique. La fabrique éditions. []
  2. Dubar, C. (1998). Trajectoires sociales et formes identitaires. Clarifications conceptuelles et méthodologiques. Sociétés contemporaines, 29(1), 73‑85. https://doi.org/10.3406/socco.1998.1842 []
  3. Löwy, M., & Sayre, R. (1992). Révolte et mélancolie : Le romantisme à contre-courant de la modernité. Payot.)) croisée avec ce que nous avons appelé une « éthique de l’allégresse ».

    La vie de saltimbanque pour conjurer l’aliénation

    Fils d’un mineur syndicaliste du Nord du Chili disparu sous la répression dictatoriale, Pato Giro poursuit la tradition familiale en s’engageant après son lycée comme mineur, alors que la dictature prend fin, en 1990. Face à une vie qu’il qualifie d’esclavagiste, il entreprend des études de géographie à Valparaiso. Envoyé en voyage d’étude à Putre pour l’éclipse de 1994, il découvre le cirque par l’entremise de groupes New Age venus de l’étranger pour l’évènement. Fasciné, il s’initie au jonglage et se produit dans les rues de Valparaiso, ce qui lui procure l’indépendance dont il rêvait pour échapper à « l’exploitation » et « l’aliénation » qu’il perçoit, même au sein de l’université. 

    Le cirque pour reconstruire la communauté populaire

    Comme pour l’ensemble des pionniers rencontrés, le cirque signifie pour Pato un retour à la vie à l’air libre, après une enfance et une adolescence vécues dans la réclusion,et la peur des militaires tenant l’espace public. Pour ces jeunes circassiens, l’incorporation collective de la joie et de l’esthésique ((Sizorn, M. (2013). Trapézistes : Ethnosociologie d’un cirque en mouvement. PU Rennes. []

  4. Pinto, G. & Salazar Julio. (1999). Historia contemporánea de Chile, Vol. 1. Estado, Legitimidad y Ciudadanía (2a ed.). https://www.digitaliapublishing.com/a/18296/historia-contemporanea-de-chile–vol.-1.-estado–legitimidad-y-ciudadania–2–ed.-)). Les valeurs de partage, de plaisir, et de fraternité associées au cirque fondent une forme d’hédonisme politique capable de contrecarrer les héritages de la dictature, mais aussi l’individualisme et le consumérisme dominant dans le régime de Transition Démocratique ((Araujo, K., & Martuccelli, D. (2013). Individu et néolibéralisme : Réflexions à partir de l’ expérience chilienne. Problèmes d’Amérique latine, 88(1), 125. https://doi.org/10.3917/pal.088.0123 []
  5. Löwy & Sayre, 1992 []
  6. Foucault, M. (1994). Histoire de la sexualité, tome I : La volonté de savoir. Gallimard. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search